Miami – Utah: Quand Tyler Herro fait danser sur un air de Jazz

Gros affrontement après la victoire face aux Knicks avec l’accueil du Jazz qui reste sur 5 victoires de suite malgré la blessure de Mike Conley. Remis de la sienne, Justise Winslow n’est pourtant pas encore en tenue pour jouer le match.

D’entrée de jeu on peut observer quel duel offensif va être devant les yeux de chacun. Pour les locaux, c’est Jimmy Butler qui commence parfaitement sa partie, pouvant enfin prendre le scoring à son compte sans avoir tant besoin de diriger le jeu. Ainsi, bien aidé par quelques interceptions bien senties, le leader du Heat va porter les siens dans les premières minutes, permettant à Miami de prendre la tête. Pour les visiteurs, c’est Joe Ingles, le toujours très nonchalant mais tellement performant ailier du Jazz qui va être si impactant offensivement. Grâce à lui, Utah maintient son niveau de jeu offensif intéressant. Pénalisé par deux fautes très rapide, Duncan Robinson est obligé de rapidement laisser sa place à Goran Dragic. L’entrée et l’impact du meneur Slovène est immédiatement remarquée car sa gestion du tempo et son tir extérieur nous avait manqué. Ainsi, il permet au Heat de créer le premier petit écart (6 points) et de faire la course en tête. A noter le très bon 1er quart de Meyers Leonard auteur de 7 points et 5 rebonds.

Car le second quart ne sera pas très bon de la part des deux équipes. Les défenses se resserrent, la réussite fuit les principaux shooteurs et Bojan Bogdanovic est sorti pour 3 fautes en 1er quart. En manque de réussite, Donovan Mitchell n’arrive pas à porter le Jazz qui s’appuie sur un Rudy Gobert monstrueux en défense. Seul Derrick Jones Jr sur un poster incroyable arrive à lui tenir tête.

Ainsi, c’est le jeune Tyler Herro qui va être le seul joueur capable d’apporter quelques points à une attaque du Heat très faiblarde. Heureusement, celle en face n’est pas bien plus intéressante et les deux équipes ne se quittent pas, arrivant aux vestiaires en tête à tête, 53-52 pour les Floridiens.

Pire encore, le troisième quart temps sera une horreur offensive pour Miami. Rien ne rentre (31% aux shoots et aucun 3pts), beaucoup de balles sont perdues (6) et seul Jimmy Butler et ses 9 points (et l’intensité de Bam) arrivent à maintenir le Heat la tête hors de l’eau. Car pendant ce temps, Utah n’attend pas et enfin libéré de ses soucis de fautes, Bogdanovic enchaînent pour faire passer les siens devants et donner la plus grosse avance du match aux mormons. Heureusement, Goran Dragic aura la bonne idée de rentrer un Buzzer Beater pour ramener les siens à 5 points et cela changera tout.

Car motivé par ce panier, le Heat va revenir pour douze dernières minutes de folie. Miami joue mieux, des deux côtés du terrain, et les hommes de Erik Spoelstra retrouvent la confiance. L’intensité est beaucoup plus importante, la défense est très solide et enfin Bam Adebayo domine dans la raquette et au rebond. Mieux encore, Duncan Robinson rentre son seul et unique panier du match, réveillant le public qui commence à pousser. Ainsi, Miami ne s’arrêtera plus. La machine offensive a démarré et, conduite par un Tyler Herro en grande forme, roule tout droit vers la victoire. Le rookie du Heat, en feu dans le dernier quart, va faire tout ce qu’il peut à une défense du Jazz complètement dépassée. L’écart va grimper à la dizaine et si Joe Ingles va refaire des siennes et rentrer plusieurs trois, apeurant les spectateurs présents, Miami arrivera à s’imposer 107-104, dans une victoire pas très belle mais tellement importante pour continuer le parcours presque parfait à domicile (13-1) et casser la dynamique adverse.

Le contenu n’aura pas été parfait mais la victoire est là avant de se reposer 3 jours pour les fêtes. Jimmy Butler et ses 20 points, 8 rebonds auront été fondamentaux dans les moments difficiles, comme les 15 points de Dragic en sortie de banc.

Le MVP de la nuit: Difficile d’en sortir un cette nuit tant Bam et Tyler ont été importants. Le premier, auteur d’une partie complète malgré une première mi-temps mauvaise, affiche 18 points, 12 rebonds, 6 passes, 3 interceptions et 3 contres. Il a de plus apporté cette intensité qui a réveillé le public et ses coéquipiers. Le second, a été la gâchette folle de l’équipe qui a permis de revenir dans le match et creuser l’écart pour s’imposer. Grâce à ses trois paniers consécutifs, ses 9 points dans le dernier quart et ses 17 au total, le rookie a été dingue de caractère !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s