Miami Heat – Indiana Pacers : Goran, ce dragon au sang froid !

Noel a beau être passé, les « festivités » continuent pour le Heat, avec la venue des Pacers hier soir ! Les hommes de Nate McMillan arrivent en ville sur une série de 4 victoires en 5 matchs, dont une face aux Lakers.
Niveau absences, pas de Malcolm Brogdon chez les visiteurs, alors que Justise Winslow est toujours out côté Miami. Quand à Dion Waiters, le voilà de nouveau listé comme « actif ».

La rencontre entre les actuels troisièmes et sixièmes de la conférence Est ne débute pas sur les chapeaux de roues, les deux défenses sont bien en place et seulement 21 points sont marqués par les deux équipes après 6 minutes (11-10 pour le Heat). C’est à la suite de ce que l’on va qualifier de round d’observation que Myles Turner envoie deux bombes derrière l’arc pour lancer un premier run des Pacers, auquel le Heat parviendra tant bien que mal à répondre, grâce à Jimmy Butler et son agressivité habituelle et son habilité à provoquer des lancers francs. Miami ne score plus pendant les deux minutes suivantes (Indiana n’en marque que trois), mais profite notamment d’un tir de loin de Kelly Olynyk pour finir ce premier quart avec deux points retard : 27-22 en faveur des Pacers.

Quoi de mieux, pour débuter ce second quart-temps, que de prendre un run de 7-0 ? Peut-être bien une seconde banderille d’Olynyk derrière l’arc, à la suite d’un rebond offensif de Bam Abedayo. Les joueurs habitués à sortir du banc font leur part pour maintenir Miami à flot, tandis que les extérieurs d’Indiana continue de percer au travers de la défense. Malgré un nouveau passage à vide de quasiment deux minutes laissant jusqu’à 7 points d’écart, le Heat recolle, profitant d’un manque d’adresse d’Indiana, et enchaînant trois tirs primés de Herro, Dragic et encore une fois Kelly Olynyk (qui ne marquera plus du match). Les hommes de Spoelstra reprendront même l’avantage juste avant la mi-temps, de nouveau grâce à un tir à trois points, cette fois-ci de Duncan Robinson, qui peut remercier l’écran de Bam : 58-55 pour Miami alors que les deux équipes repartent aux vestiaires.

Ce troisième quart se déroule dans la même veine que les dernières minutes du second. Aucune équipe ne lâche prise, bien que le Heat parvienne à maintenir un faible écart pendant la majorité de la période. Plusieurs faits notables durant ce troisième quart : Les records de franchises respectivement brisés par Duncan Robinson et Kendrick Nunn. Le premier devient le joueur du Heat le plus rapide à marquer 100 tirs à trois points, avec 31 matchs, tandis que le second devient le rookie le plus rapide de l’histoire du Heat à marquer 500 points, dépassant Dwyane Wade à un match près. Et enfin, ce qui aura grandement Miami à tenir les Pacers à (très courte) distance, les huit lancers francs obtenus et marqués par Jimmy Butler, qui feront montés son total de lancers à 15, dont 14 marqués. En trois quart-temps. Voilà les faits qui permettent au Heat d’entamer le quatrième quart avec deux petits points d’avance, et 12 minutes assez folles à prévoir : 84-82.

Bien évidemment, les 12 dernières minutes de ce match ne dérogent pas à la tendance, Heat et Pacers se rendent coup pour coup. Miami entame par un 9-0 ? Indiana répond par un run de 10-3 pour recoller comme si rien ne s’était passé. Ce money-time longue durée tiendra l’American Airlines Arena par les tripes jusqu’au bout. Après avoir recollé, Indiana finit par reprendre l’avantage grâce un Aaron Holiday des grands soirs, prenant même jusqu’à 4 points d’avance, mais le Heat reste une nouvelle fois au contact. Le lead change continuellement, Jeremy Lamb va chercher deux points à l’intérieur alors qu’il reste 30.8 secondes, Indiana mène d’un point. S’en suit le genre d’action que vous ne verrez pas tous les jours, mais qui symbolise parfaitement l’une des grandes forces du Heat, sur ce match comme sur la saison. Jimmy Butler pénètre, manque son lay-up, parvient malgré tout à récupérer le rebond, le ballon tourne jusqu’à Kendrick Nunn qui tente la même chose, raté aussi. Bam Adebayo parviendra cependant à se saisir du ballon non sans difficultés, pour le transmettre à Dragic qui venait d’être oublié avant le drive de Nunn. Le Slovène réclame le ballon, la reçoit, drive, décoche un floater peu orthodoxe mais terriblement efficace pour donner un point d’avance au Heat avec 6 secondes restantes. Aaron Holiday aura bien une dernière chance de gagner le match pour son équipe, mais il ratera son lay-up, permettant ainsi au Heat d’obtenir son 23eme succès à la maison, non sans souffrir, mais sans jamais rien lâcher, sur le score de 113-112.
Du côté des stats, on soulignera à nouveau une des plus grosses tendances en faveur du Heat : Gagner la bataille du rebond équivaut à une victoire. Ce match ne déroge pas à la règle puisque Miami a pris 60 rebonds dont 14 offensifs, surpassant les 39 rebonds des Pacers. Les deux équipes terminent également la rencontre avec 6 joueurs ayant marqués 10 points ou plus, avec de chaque côté, un bel apport du banc.

Le MVP de la nuit : Duncan « Sniper » Robinson.

Encore un match ou il n’est pas aisé de sortir un garçon du lot, mais cet honneur est aujourd’hui réservé au n°55 préféré de la rédaction ! Robinson, en plus d’être l’un des meilleurs scoreurs du match hier soir et d’avoir battu un record de franchise, ne l’a pas fait dans la plus grande discrétion. Son adresse, pour ne pas dire sa simple présence aura été grandement utile au Heat à plusieurs reprises sur ce match. Il faut partir aux vestiaires avec une petite avance ? Pas de soucis. Même chose lorsqu’il faut répondre aux Pacers lors de ce troisième quart très disputé, sans oublier son tir crucial en fin de rencontre pour recoller à un petit point. On peut également souligner, dans la lignée d’une certaine continuité, ses choix intelligents. Conscient d’être une menace aucunement négligeable derrière l’arc, Robinson n’hésite pas à driver, créant un décalage pour délivrer une bonne passe ensuite (en attendant plus d’agressivité ?).



Source : stats.nba.com

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s