Washington Wizards – Miami Heat : Une défaite logique pour finir l’année.

Pour terminer l’année 2019, ainsi que cette décennie, le Heat se rend au sein de la capitale pour affronter les Wizards ! Une équipe de Washington d’ailleurs bien dépeuplée : Pas de Beal, Bertans, Bryant ou encore Hachimura pour ne citer qu’eux.
Côté Heat, Justise Winslow est toujours absent, et James Johnson est listé comme malade au niveau de l’estomac.

La rencontre commence plutôt bien pour Miami, et ce malgré une tendance à jouer vite, chose qui quoiqu’il arrive, arrange Washington. Les tirs rentrent, alors qu’Isaiah Thomas force dans les premières minutes, permettant au Heat de creuser un écart tournant autour de la dizaine de points, qui sera maintenu jusqu’à la fin du quart. Cependant, un homme côté Wizards pose de vrais soucis au Heat, en la personne de Ian Mahinmi : 12 points dans le premier quart à 100% de réussite au tir. On soulignera les trois fautes de Kelly Olynyk en deux minutes de jeu, merci d’être passé. Résultat de ce quart-temps à l’image d’un match des Wizards : 39-29 pour le Heat, qui shoote à 65% jusque là.

Le deuxième quart-temps débute très mal, puisque Washington débute par un run de 14-2, forçant Erik Spoelstra à prendre un temps-mort. La défense n’est pas au point depuis une bonne partie du premier quart, et il va devenir impératif d’y remédier ! Malheureusement, ce ne sera pas le cas, et le Heat commence également à déjouer offensivement : Des fautes offensives et des pertes de balles sont commises, au pire moment du match jusque là. Le duo Garrison Mathews-Jordan McRae en profite pour continuer de scorer la majeure partie des 42 points des Wizards dans ce second quart, changeant ainsi complètement la dynamique du match. 22 points en une mi-temps pour Mathews, 17 pour McRae et voilà Miami en retard de 8 points à la mi-temps : 71-63.
On ne manquera pas de souligner deux petites alertes concernant Jimmy Butler, qui se fait mal à la hanche puis à la cheville, sans pour autant s’arrêter de jouer.

Au retour des vestiaires, le match prend une tout autre tournure, ressemblant un peu plus à ce qui pourrait convenir au Heat, malheureusement, Miami manque d’adresse et ne peut pas profiter de la baisse de rythme globale. Heureusement que Washington a aussi des difficultés à mettre le ballon dans le panier. L’écart crée par les Wizards à la mi-temps est ainsi maintenu car les deux équipes se neutralisent. Miami peut remercier Jimmy Butler, qui marquera à lui seul 8 des 18 points du Heat dans ce troisième quart laborieux. Au bout du compte, Washington mène de 9 points grâce à un tir primé d’Ish Smith à 5 secondes du terme : 90-81.

Le Heat est loin d’être mort pour débuter ces 12 dernières minutes, mais bien vite, Miami sabotera ses chances de revenir. Plusieurs turnovers (19 au total pour 27 points accordés !) sont commis que les Wizards convertiront pour creuser l’écart, ajoutés à une adresse toujours en berne comparée à celle des locaux, qui amène finalement à une défaite plutôt logique sur le score de 123-105, marquée par une piètre performance défensive. Jimmy Butler terminera à 27 points à 6/10 au tir et 15/19 aux lancers, Bam Adebayo a encore une fois bien terni la feuille de stats (14-14-5), mais aura aussi commit 6 des pertes de balle du Heat. Duncan Robinson et Kendrick Nunn marquent quand à eux 16 et 14 points, respectivement.
Les Wizards ont quand à eux, se seront reposé sur un quatuor inattendu compilant 101 de leurs 123 points, dont trois joueurs qui sortaient du banc : Jordan McRae (29 points, 8 passes, 6/8 de loin), Garrison Mathews (28 points, 12/13 aux lancers), Ian Mahinmi (25 points à 10/11 au tir pour un moment cocorico), ainsi qu’Ish Smith (19 points et 7 passes)

Le MVP de la nuit : Jimmy Butler, le seul à surnager.

Difficile de parler d’un MVP dans une défaite comme vous vous en doutez, mais comme à son habitude, Jimmy Buckets aura fait ce qu’il aura pu histoire de maintenir Miami dans la rencontre sur le plan offensif. 19 lancers provoqués, et une adresse au tir meilleure, en partie grâce aux boulevards laissés par Washington près du panier, quand il n’avait pas deux ou trois joueurs sur lui pour l’empêcher de marquer. Les petites alertes du second quart-temps ne semblent pas l’avoir tellement plus gêné que ça, ce qui est également une bonne nouvelle : Plus de peur que de mal !



Source : stats.nba.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s