Jimmy Butler : « Les cinq joueurs que j’ai eu le plus de difficultés à défendre »

Le 13 Janvier, pour The Players’ Tribune, Jimmy Butler nous a donné son top 5 des joueurs qu’il a eu le plus de difficultés à défendre, agrémenté d’une petite histoire.
La rédaction de Miami Heat France vous propose donc une traduction de cet article paru un peu plus tôt ce mois-ci !

« Ecoutez, il est près de 19h à Miami, et ce que je souhaite vraiment faire, c’est d’aller chercher de quoi dîner. J’ai cependant mon éditeur à The Players’ Tribune qui tente de me mettre au travail lors de ma soirée libre. C’est mal foutu, n’est-ce pas ? En plus, il ne rigole pas avec les délais. Je vais donc m’occuper de ça maintenant.

Je vais commencer par raconter une histoire, quelque chose que vous ne savez peut-être pas à propos de Jimmy Butler.

Quand j’étais plus jeune, et ce jusqu’au lycée, je ne prenais pas le basket-ball au sérieux. Je n’étais jamais le meilleur joueur de mon équipe, jamais classé ni recruté très haut, probablement parce que… Je n’étais pas si bon au basket. Du coup, quand je suis arrivé à Marquette, j’avais une éthique de travail affreuse. Je ne me battais pas à fond, ni tentais d’être le meilleur joueur que je pouvais être et arriver jusqu’à la NBA. Non… Mon était d’esprit c’était plutôt : « Prends cette éducation gratuite, puis utilise ce diplôme pour obtenir un travail à six chiffres, ensuite je serai bien. »
Puis un jour, durant mon année senior, des anciens de Marquette qui étaient en NBA, Wes Matthews et Lazar Hayward, sont revenu pour quelques « pick-up games », et ils me disaient : « Jimmy, tu as tout ce qu’il faut pour jouer dans cette ligue. »

Du coup, j’ai travaillé plus dur. J’ai commencé à étudier sérieusement le jeu, regardant d’autres joueurs, notamment Dwyane Wade. Il était la référence en NBA parmi les joueurs sortis de Marquette. Le simple fait de savoir qu’il venait de l’endroit ou j’étais me faisait dire que… Peut-être, j’avais ce qu’il fallait pour être un pro. Pas un pro en NBA, car je n’étais pas D-Wade, mais peut-être aurais-je pu jouer en Europe, en Australie ou n’importe ou, et devenir un très bon joueur.

Hé bien… Regardez moi maintenant !

Aujourd’hui, j’ai toute la confiance du monde en mes capacités, parce que Wes et L (Lazar Hayward) avaient cette confiance en moi. Parce que D-Wade a établi un standard, une norme. Parce que coach Buzz m’a appris que la confiance vient du travail que l’on accompli lorsque que personne ne regarde. Quand tu as besoin d’un stop défensif ou d’un panier, tu peux compter sur ce travail. Désormais, je suis fier de mon éthique de travail, de ma confiance en mes capacités. C’est ce qui me porte chaque nuit.
Ça, et le fait que… J’en ai rien à faire. Je me fiche que qui tu es. Je n’ai pas peur de toi. Je m’en fiche si tu tournes à 40 points, ou que tu es supposé être le meilleur joueur de la planète. Je suis là pour me battre chaque soir, et je pense pouvoir jouer avec les tous meilleurs.

C’est le Jimmy Butler que vous connaissez aujourd’hui. Très différent de ce gamin réservé venu de Tomball dans le Texas, qui s’est un jour ramené à Marquette.
Bon, ok, excusez moi, j’avais promis de faire ça court, mais je radote. De toute façon, vous devez me connaître maintenant. Je ne fais pas les choses à moitié.

Les cinq joueurs que j’ai eu le plus de mal à défendre... Allez, c’est parti.« 


Source : Miami Herald

LeBron James – Los Angeles Lakers

« Je ne voulais pas parler de LeBron ici. Vraiment, je ne voulais pas. Je voulais mettre en avant d’autres gars. Mais on ne peut pas faire ce genre de liste sans inclure LeBron.
Il est encore aujourd’hui le joueur le plus complet de la ligue. Il fait tout correctement, absolument tout. Il peut tirer, passer, attaquer le panier, défendre. Vous avez besoin d’un panier ? LeBron peut le faire. Vous avez besoin d’un rebond, d’une interception, d’un contre ? Il peut le faire. Quelque soit ce dont vous avez besoin, quand vous en avez besoin : LeBron peut le faire.

Lorsque qu’il s’agit de parler de combinaison de vitesse et de qualité athlétiques, ajouté à un mix entre puissance et explosivité, il faut commencer avec LeBron. Il est l’un des joueurs les plus dynamiques que cette ligue ai pu voir. Il peut tout à fait jouer toutes les positions sur le terrain et jouer à un niveau élite sur chacun d’elles. Cela fait de lui un cauchemar en terme de match-up, car les joueurs plus petits et plus rapides ne peuvent pas jouer physique avec lui, il va juste prendre l’ascendant. Alors que les joueurs plus massifs qui peuvent le tenir au poste ne sont pas assez rapides pour l’empêcher d’accéder au panier.

Il cherche toujours à impliquer les autres, qui plus est. Il va délégué à ses coéquipiers et jouer de manière altruiste, puis lorsque que le moment est venu de gagner le match et « d’être LeBron », il enfile miraculeusement sa cape et… Bam !
Le match est terminé.

Jimmy est d’ailleurs bien placé pour parler de cette capacité qu’a LeBron James a « passé en mode Super Héros », lui qui a vu LeBron crucifier les Bulls en Playoffs, ou encore Minnesota en saison régulière suite à un fadeaway… Alors que Butler le défendait.

Il fait parti de ces joueurs que tu veux affronter, car c’est contre lui que tu peux te jauger. Si tu peux faire mieux que LeBron, c’est que tu fais quelque chose de bien. Mais, si tu ne peux pas, tu es simplement humain, comme nous tous. »


Source : Parlons Basket

Kyrie Irving – Brooklyn Nets

« Probablement un des joueurs favoris à regarder jouer. Il est tellement sournois, rusé avec son dribble, c’est comme s’il tenait le ballon avec un fil. Crossover, dribble par derrière, spin move, à gauche ou à droite… Quelque soit la manière, il trouvera toujours un moyen d’aller là ou il veut. De plus, il est tellement précis que l’on penserait qu’il travaille toutes ces combinaisons de dribbles, mais non, il combine au fur et à mesure. C’est dingue.
En plus, il joue avec les gars. Il va t’avoir battu, dépassé, mais au lieu d’aller marquer, il va revenir en arrière et recommencer, en mode « Non, non, non, pas encore. Je n’ai pas fini, j’ai encore quelque chose en réserve pour toi… ». C’est irrespectueux.

Malgré ça, il y a tellement d’autres éléments dans son jeu. Il peut tirer à trois points, c’est un très bon passeur. Il peut même jouer des gars au poste. Il ne me jouera pas au poste, il est trop petit, mais il peut jouer la majeure partie des joueurs (à son poste). Il est incroyable avec les deux mains pour ce qui est de finir au panier. Il réussi beaucoup de tirs difficiles : Des floaters, fadeaways, tirs contestés, des double-pas au dessus des grands dans la raquette. Quelque soit la manière, il peut marquer.
Dès lors, lorsque l’on parle des joueurs indéfendables dans cette ligue, Kyrie fait absolument parti de cette catégorie. »


Source : Baltimore Sun

Kevin Durant – Brooklyn Nets

« Première chose, il mesure 2 mètres 13.

*Il se questionne sur le fait de dire « seven foot » ou « seven feet »*

Vous savez quoi ? Disons simplement qu’il mesure plus de deux mètres.

En fait, il peut vous jouer au poste parce qu’il fait plus de deux mètres. Il peut vous dunker dessus pour la même raison. De plus, il peut tirer au dessus de vous. Il sera comme ça : « Tu contestes ? Je m’en fous… Je vais tirer. »
Et vous ne pouvez rien y faire, parce qu’il mesure plus de deux mètres.

Je ne me souviens pas de beaucoup d’un contre un que j’ai pu avoir avec KD. Je veux dire, j’ai 30 ans. Je vieillis, ma mémoire se perd quelques peu. Cependant, une chose dont je me souviens était de le regarder lors de mon année rookie, lorsqu’il jouait à Oklahoma City. J’étais sur le banc, je le voyais courir, et cela semblait… Si facile et sans effort. Ce qui était le plus impressionnant était qu’il dirigeait le rythme de jeu pendant toute la rencontre. Tout le monde était à sa merci. C’est la marque des grands joueurs. Dans cette ligue, avec autant de joueurs talentueux et athlétiques sur le terrain, pour qu’un gars soit en mode : « C’est moi qui contrôle ici. On va faire ce que je veux, et jouer à ma vitesse, mon rythme… »
Ça en devient ridicule, et il le fait depuis son arrivée dans la ligue.

KD est une réelle arme offensive. Tirer comme il est capable de le faire, avoir la vitesse de courir comme il le fait, dribbler comme un meneur et avoir les qualités athlétiques pour finir au panier… Pouvoir faire tout ça en faisant plus de deux mètres ?
C’est un code de triche.« 


Source : Blue Man Hoop

Stephen Curry – Golden State Warriors

« Steph est un talent générationnel, parce qu’il peut tirer d’absolument n’importe ou sur le terrain. Je veux dire, comment voulez-vous défendre un gars alors que vous sprintez pour revenir en défense en vous disant « Je ne peux pas le laisser se placer là ou il le souhaite ! » ?

Puis vous comprenez que cela n’a pas d’importance puisque, quelque soit l’endroit ou il se trouve, il est déjà là ou il le souhaite, parce qu’il peut tirer, et surtout marquer, de n’importe ou.
Il a l’ultime feu vert, qui plus est, mais il n’en abuse pas. Il n’est pas juste en train de tirer n’importe comment, il est très calculateur. Quelques fois, il va tout juste passer la ligne médiane qu’il va tirer. Pour n’importe qui d’autre dans la ligue, c’est un mauvais tir, mais pour lui, c’est un bon tir. La routine.

Ajoutez à cela le fait que, si vous le pressez et contestez son tir, il a la capacité de vous mettre dans le vent et aller au panier, ou bien de distribuer le ballon et impliquer ses coéquipiers ?
Un joueur comme Steph est aussi indéfendable que possible dans cette ligue. Il est spécial. »


Source : Fox News

James Harden – Houston Rockets

« Step-back. Floater. Euro Step. Il a tellement de choses dans son arsenal, et il est toujours en train de marquer des tirs difficiles. Je veux dire, il va créer quelque chose de nouveau durant l’été, il va se mettre à tirer sur une jambe, en step-back, après un side-step… Bientôt il se mettra sur le mains et tirera avec ses pieds.
Je suis réaliste. C’est ce que James Harden fait.

Tout ce qu’il fait démarre de son step-back. Il est légendaire à ce jeu-là. Certains disent que c’est un marché, j’en pense que si les arbitres ne le sifflent pas, je suis tout à fait pour. Il faut trouver un moyen de le stopper, marché ou pas. Tout son arsenal offensive est construit autour de ce step-back. Il va se mettre à dribbler, à jouer avec vous, pour ensuite attendre que vous preniez une décision. Il lit en vous. Quelque soit ce que vous décidiez de faire, il a un contre prévu pour ça. Si vous lui donnez trop d’espace, il va prendre son step-back, et probablement marquer. Cependant, si vous êtes trop près de lui, si vous essayez d’être sur lui et de le priver de ce tir, il va se pencher vers vous et obtenir la faute, ou bien passer l’épaule et aller vers le panier.

Il fait parti de ces joueurs pour qui il faut préparer un plan de jeu. Par exemple, si vous débutez le match et vous vous dites « On ne va pas laisser James Harden nous mettre 40 points », et il le fait quand même. C’est la marque d’un joueur indéfendable.
Je pense que si vous demandez à plusieurs personnes qui est le joueur le plus indéfendable de la ligue, ce serait un pile ou face entre un KD en bonne santé et James (Harden).

Mais si vous me demandez ? C’est James Harden.« 


« Bon. Qu’est-ce que vous en pensez ? Est-ce suffisant pour que mon éditeur me lâche ?
Je pense que oui.

Sur ce, je vais aller chercher de quoi dîner, dès que possible. Quelques fruits de mer, peut-être aller dans un de ces restaurants Cubains. Quelque soit vos préférences, vous le trouverez à Miami. Encore une raison pour laquelle j’aime cet endroit. »

Source : The Players’ Tribune

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s