Connect with us

Calendrier

L’analyse du calendrier: Partie 1

Comment est le calendrier de la première partie de saison du Heat ? Voici l’analyse des dix premières semaines.

Octobre:

Nombre de matchs à domicile: 2 (Memphis et Atlanta)

Nombre de matchs à l’extérieur: 3 (Milwaukee, Minnesota et Atlanta)

Nombre de back-to-back: 1 (Milwaukee et Minnesota le 26 et 27 octobre)

Petit début de saison pas trop difficile pour le Heat. Si l’on sait que chaque année, l’effectif a des difficultés à se mettre en marche à cause d’une préparation physique intense qui porte ses fruits plus tard, le Heat n’aura pas tellement le droit à l’erreur sur ces premières semaines.

Ainsi, sur les cinq matchs du mois d’octobre, trois voire quatre devront se terminer avec la victoire pour que le début soit considéré comme réussi. Seul Milwaukee semble être une équipe réellement supérieure à Miami (3 défaites en 4 matchs contre eux l’an passé). Cependant, il ne faudra pas prendre de bas les jeunes effectifs rencontrés qui n’ont clairement rien à perdre, que ce soit Memphis en match d’ouverture ou la double confrontation contre Atlanta qui nous a battu trois fois en quatre matchs l’an passé…

Avec ces cinq matchs abordables, un bon début de saison sera donc indispensable.

Novembre:

Nombre de matchs à domicile: 6 (Houston, Detroit, New Orleans, Cleveland, Charlotte et Golden State)

Nombre de matchs à l’extérieur: 7 (Denver, Phoenix, Los Angeles Lakers, Cleveland, Chicago, Philadelphie, Houston)

Nombre de back-to-back: 2 (Phoenix et Lakers les 7 et 8 novembre; Chicago et Philadelphie les 22 et 23)

Début novembre, le Heat rentrera progressivement dans le vif du sujet. Si le calendrier global est toujours plus qu’abordable avec des confrontations faciles (à première vue) contre les Suns, les Cavaliers et les Hornets, il existe tout de même quelques belles affiches. Premièrement, les deux matchs contre les Rockets se dérouleront ce mois-ci. L’an passé, les deux parties avaient été extrêmement serrées (2 et 3 points d’écarts) pour une victoire partout et il faudra aussi espérer que le nouveau duo à l’arrière (Russell Westbrook, James Harden) mette un peu de temps à se mettre en place pour récupérer au moins un des deux matchs.

Le déplacement à Denver, lors du petit road trip de quatre matchs la première semaine, ne sera pas une mince affaire car jouer là-bas est toujours difficile et nous n’avons pas réussi à battre les Nuggets l’an passé. La visite au Staples Center pour affronter les Lakers ne sera pas non plus un match gagné d’avance, qui plus est en back-to-back après avoir joué les Suns, mais remporté un des deux matchs semble le minimum syndical.

Les matchs contre les Bulls et les Pelicans sont deux parties tout à fait à la portée de l’équipe mais jouer vite face à des jeunes effectifs nous posera probablement problème et ces deux confrontations seront intéressantes à étudier, justement pour ces raisons, tout comme celle face aux Warriors pour la dernière partie du mois, le 29, bien évidemment sans Klay Thompson.

Pour terminer le mois de Novembre, le match le plus marquant est bien évidemment la confrontation face aux Sixers, malheureusement le lendemain de celui face aux Bulls. La confrontation face à Joël Embiid et compagnie annonce 48 minutes de grosse intensité face à un effectif plus fort que nous, avec qui une petite rivalité s’est installée mais surtout pour le premier match de Jimmy Butler contre son ancienne équipe. Cela promet !

Décembre:

Nombre de matchs à domicile: 8 (Washington, Chicago, Atlanta, Los Angeles Lakers, New York, Utah, Indiana et Philadelphie)

Nombre de matchs à l’extérieur: 7 (Brooklyn, Toronto, Boston, Dallas, Memphis, Philadelphie et Washington)

Nombre de back-to-back: 3 (3 et 4 décembre contre Toronto et Boston, 13 et 14 contre les Lakers et Dallas, 27 et 28 contre les Pacers et les Sixers)

Après un mois et demi de matchs plus ou moins abordables, l’équipe va commencer à rentrer en guerre. Dès la première semaine du dernier mois de l’année 2019, l’enchaînement Brooklyn, Toronto et Boston (en back-to-back pour les deux derniers) sera un véritable calvaire où une victoire serait déjà positive (d’autant que l’an passé, nous n’avons remporté qu’un seul match sur huit contre Boston et Toronto, certes avec Kawhi Leonard pour les canadiens). Pour suivre ces trois matchs à l’extérieur, l’accueil de Washington, Chicago, Atlanta et les Lakers devrait permettre de récupérer quelques victoires et un peu de confiance, qui plus est alors qu’on se déplace chez les Mavs (2/2 l’an dernier) et les Grizzlies (2/2 aussi) directement après.

La suite et fin du mois sera, à l’image du début, une nouvelle grosse bataille. En plus du second déplacement chez les Sixers, le 18, le Heat enchaînera les Knicks (abordable), le Jazz, les Pacers et à nouveau les Sixers, le tout à domicile. Quand on sait notre difficulté à remporter des matchs à l’American Airlines Arena l’année dernière, et la difficulté de jouer ces équipes, cela annonce de belles parties, mais aussi des probables défaites difficiles, sauf surprises. A noter que pour donc la troisième confrontation face aux Sixers, le 28 Décembre (le Heat ne jouera pas à Noël cette année), le retour de Josh Richardson à la maison sera au centre des attentions.

Un petit dernier match contre les Wizards le 30 Décembre et c’est ainsi que le Heat terminera son premier tier de la saison.

Comme vous pouvez le constater, le calendrier des dix premières semaines n’est pas extrêmement difficile et il sera donc, comme dit précédemment, très important d’engranger un maximum de victoires quand un sait à quel point le deuxième tier sera difficile. Mais tout cela, vous pouvez le découvrir dans la seconde analyse.

Fan du Heat depuis la belle époque du Big Three, je me balade souvent sur le site InsideBasket pour développer d’autres écrits que ceux de Miami, voire sur InsideTheHoop pour discuter entre amis.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in Calendrier