Connect with us

Autres

Le 5 majeur négatif de la décennie du Heat

Quels sont les 5 joueurs qui ont raté leur passage au Heat sur ces dix dernières années. Voici un florilège des 5 joueurs “négatifs”.

Déjà avant toute chose, il faut placer des limites. La première et principale est qu’il faut que le joueur ait participé à au moins 41 matchs (demie-saison) sur la décennie sinon l’impact est trop infime (et déjà 41 matchs, c’est très peu). Donc adieu les KZ Okpala, Daryl Macon, Jerry Stackhouse, Danny Granger, Beno Udrih ou autre Jarnell Stokes. Ensuite évidemment, l’aspect hors terrain joue forcément parce que pour pourrir l’équipe, tout peut se passer dans le vestiaire.

AT POINT GUARD, FROM UCONN, NUMBER 13…. SHABAZZ NAPIER:

Pauvre Shabazz on a envie de dire. La seule raison pour laquelle il a fait un passage à Miami a été parce qu’un certain LeBron James l’aimait bien. Car en 2014, LeBron était en fin de contrat et le Heat voulait tout faire pour essayer de le garder. Jusqu’à drafter le joueur qu’il appréciait alors que Miami a toujours été excellent sur cet événement fin juin.

Cerise sur le gâteau, une semaine après LeBron est rentré dans l’Ohio et le pauvre Shabazz s’est retrouvé en Floride avec la petite pression d’avoir été choisi par le King et pas par la franchise. Alors s’il est présent ici c’est qu’il a tout de même un peu joué, 51 matchs et 10 titularisations pour être précis mais ça n’a jamais été dingue. 5 points, 2 rebonds et 2.5 passes à 38% aux tirs sur une vingtaine de minutes en moyenne. Pas de quoi fouetter un chat et malheureusement, il ne fera l’affaire. Finalement, même si son niveau pur était pas dingue, il a tout de même des excuses mais ça reste un échec tant dans la manière que dans le résultat pour le meneur actuel des Wolves.

AT SHOOTING GUARD, FROM SYRACUSE, NUMBERRRR 11…. DION WAITERS

Alors on vous voit déjà venir: * Ouai mais le fanatic des bonbons du Colorado a fait de grosses performances et a réalisé notamment un gros buzzer beater contre Golden State etc*

Oui, on est d’accord, d’un point de vue sportif, Dion a régulièrement été intéressant. Le problème c’est le reste du temps. Car en plus des quelques périodes où il n’a pas été très bon sportivement parlant (toujours du déchet dans son jeu, une efficacité pas toujours au rendez-vous et une individualité trop importante), c’est surtout hors du parquet qu’il a posé des soucis. Actuellement hors rotation pour ses divers soucis de comportement, Dion Waiters a plus fait parlé de lui pour ses problèmes extra-sportifs qu’autre chose. Blagues déplacés sur son coach, déclarations mauvaises sur le banc, m’en foutisme régulier et plus globalement un caractère et une confiance en soi faisant pâlir Kobe Bryant, Dion Waiters devait faire partie de ce cinq pour l’ensemble de son oeuvre.

Stats: 3 saisons, 120 matchs, 14 points, 3.6 passes, 3 rebonds en 29 minutes à 41% aux tirs et 36% à 3pts.

AT SMALL FORWARD, FROM NEVADA, NUMBERRRRRR 5 (et 22)…. LUKE BABBITT

Ah le beau-gosse. Le Kyle Korver de Floride, l’efficacité au shoot en moins. (bon okay on est de mauvaise foi). Luke Babbitt a joué à Miami deux 2 saisons avec un petit passage par Atlanta au milieu. Avec 81 parties à 4.4 points, 1.9 rebonds en 15 minutes et 38% aux tirs dont quasi que du trois points, le sous Duncan Robinson s’était tout de même fait une petite place dans une équipe du Heat qui manquait cruellement de shoot extérieur. Malheureusement, en dehors de ça il n’y avait rien d’autre. Il faut lui laisser qu’il n’a jamais posé de soucis dans le vestiaire, jamais eu un comportement déviant mais sportivement c’était trop compliqué.

AT POINT FORWARD, FROM DUKE, NUMBER 4… JOSH MCROBERTS

On pense pas se tromper en disant que c’est celui qui aura plus frustré/rendu fou les fan du Heat. Intéressant avec les Hornets avant de rejoindre la Floride, McBob aura tellement déçu. Pas spécialement mauvais quand il jouait (il était plutôt efficace aux shoots et parfois intéressant dans la fluidité du jeu) mais outre le fait que c’était tout de même insuffisant par rapport aux attentes, c’est surtout ses absences qui étaient problématiques. Jamais il n’a su s’adapter aux demandes physiques de Miami, enchaînant blessure sur blessure et ratant une grosse partie des matchs. Dès qu’il revenait de blessure, son lit à l’infirmerie était déjà réservé pour son retour proche. C’est simple: McBob a joué 81 matchs…. sur TROIS SAISONS. Même s’il était payé “que” 5 millions, c’était beaucoup trop peu

AT CENTER, FROM LITHUANIA, NUMBER 11 …. ZYDRUNAS ILGAUSKAS

Comment foutre en l’air une carrière de loyauté ? Regardez celle du pauvre Zydrunas, à nouveau victime collatérale de LeBron James. Car après 12 saisons pleines à Cleveland, celui qui aurait pu être le Udonis Haslem des Cavs, a fait le choix de suivre son pote LeBron à Miami pour un dernier baroud d’honneur.

Ilgauskas n’aura pas non plus été dégeulasse dans le jeu, mais il était trop juste pour cette équipe là, celle de la première année du big three qui visait le titre. Titulaire la grande majorité de la saison et sur 51 de ses 72 matchs sous ce maillot, il tournait à 5 points et 4 rebonds de moyenne en 16 minutes. Le problème c’est qu’il a vite été dépassé et remplacé par Joël Anthony notamment. Finalement, Miami (et surtout LeBron James) rateront complètement la finale face aux Mavs et en partie dépité et physiquement à bout, le géant prendre sa retraite…. Avant que Miami fasse le doublé.

Une cascade de mauvais choix, de malchance qui l’envoi dans ce 5 majeur malheureusement.

AT 6TH MEN (Ouai on sait, ça n’existe pas trop mais on fait comme on peut), FROM FLORIDA STATE, NUMBER 15… OKARO WHITE.

Ah ! Ce bon vieux Okaro. Il nous a bien fait rire pendant ses deux saisons en Floride. Un shoot pour le moins original mais alors pas tellement efficace. Avec 2.9 points, 2.3 rebonds, en 13.4 minutes à 38% aux tirs dont 35 à 3pts, Okaro White a été pas mal essayé par Miami qui était en galère ces saisons 2016-2018. Il a fait ce qu’il a pu mais il était clairement limité dans ce qu’il pouvait faire et on se devait de le placer ici pour lui rendre un “hommage”. Désormais hors de la ligue, il n’aura fait qu’un petit passage par Washington en dehors du Heat.

Fan du Heat depuis la belle époque du Big Three, je me balade souvent sur le site InsideBasket pour développer d’autres écrits que ceux de Miami, voire sur InsideTheHoop pour discuter entre amis.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in Autres