Connect with us

News

Miami-Denver: une seconde mi-temps folle pour stopper des Nuggets amoindris

Pour la reprise de la NBA après cinq mois d’arrêt, notre Heat de Miami reprend face à des Nuggets amoindris de plusieurs titulaires. Malgré cela, ce début compliqué d’un calendrier est déjà fondamental. Voici le résumé d’un premier match pas toujours facile.

Pour débuter ce match, petite “surprise” (par rapport à la saison régulière de la première partie de saison) avec la présence de Jae Crowder dans le cinq majeur au poste 4, et à l’absence de Meyers Leonard. D’autant plus qu’avec les absences de Jamal Murray, Will Barton et Gary Harris, les Nuggets continuent de jouer (très) grand.

Pour débuter la partie, le Heat est comme toujours bien en jambe. Bam Adebayo et Kendrick Nunn lancent parfaitement les hostilités et le Heat est efficace. Rapidement, un premier petit écart se fait et malgré un Nikola Jokic déjà très en jambe, Denver n’y arrive pas. Il faudra voir les premières rotations au bout de huit minutes, pour voir les hommes de Mike Malone montrer quelques fulgurances leurs permettant de se mettre en avant. Ainsi, avec les entrées de Plumlee et Jerami Grant (moins efficace mais tout aussi impactant), les pseudos-locaux du soir prennent le dessus. Miami commence à rater pas mal de choses offensivement, et fait aussi de nombreuses fautes. Denver recolle et les deux équipes se tiennent tête au bout de douze minutes (28-26).

Si les shooteurs commencent à se montrer côté Miami, la réussite globale aux shoots reste très moyenne et le duo PJ Dozier-Jerami Grant fait mal aux hommes de Spoelstra sur ce second quart. Denver prend le dessus et si l’ancien Celtic réalise son seul bon passage du match, celui-ci permet aux Nuggets de prendre son plus gros écart du match avec 7 unités d’avance à 60 secondes du terme de la première mi-temps. Heureusement, 6 points rapides de Duncan Robinson et Jimmy Butler permettent au Heat un moment d’excitation pour quasiment revenir à égalité mais surtout booster le mental pour les 24 minutes à venir après la pause.

Car justement, le retour des vestiaires sera complètement fou. A l’image des Warriors de trois années précédentes (toute comparaison impensable et fausse est complètement volontaire et abusée), le Heat va revenir de la pause le couteau entre les dents et le feu entre les mains. Oublié les 33% de réussite derrière l’arc en première mi-temps, oublié le moment où les Nuggets avaient le dessus, Miami va, après quatre minutes de battement où Denver pense garder la main, prendre feu et passer la vitesse supérieure.

Jae Crowder et Jimmy Butler en tête, les forwards de Miami augmentent l’intensité et la réussite collective, accélérant le jeu pour anéantir les Nuggets à coup de tirs extérieurs, impact physique en défense provoquant des pertes de balles et efficacité offensive globale. Avec 66% de réussite aux tirs, 57 derrière l’arc et 25 points pour le trio Crowder-Butler-Bam, Miami récupère 15 points d’avance et détruit les espoirs d’un Michael Porter Jr pourtant intéressant, avec en plus une cerise sur le gâteau de Butler au Buzzer.

Plus encore, et alors que Jerami Grant essaie de ramener les siens, c’est le quasi improbable Kelly Olynyk qui va devenir complètement incandescent pour inscrire ses 20 points sur le dernier quart temps, à 8/9 aux tirs, 4/4 à trois points dont trois de suite à 5 minutes du terme pour crucifier les Nuggets. Ces derniers, pourtant déjà loin, ne s’en remettront pas et c’est avec un jeu des plus collectif où chacun a eu son petit moment que le Heat s’impose avec la manière, 125-105.

Fan du Heat depuis la belle époque du Big Three, je me balade souvent sur le site InsideBasket pour développer d’autres écrits que ceux de Miami, voire sur InsideTheHoop pour discuter entre amis.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in News