Connect with us

News

Miami Heat – Boston Celtics : Toutes nos condoléances sont envoyées à Grant Williams

Résumé de la rencontre Heat-Celtics du 4 Août 2020 !

Hier soir avait lieu le troisième match d’un Heat sans Jimmy Butler, suite à la courte défaite face aux Raptors. En face, le troisième de la conférence, Boston, qui venait de l’emporter à Portland.
Objectif pour Miami : Rebondir et grappiller du terrain au classement sur l’adversaire du soir !

La rencontre débute assez lentement, les deux équipes tardant quelques peu avant de marquer les premiers points du match. Après l’ouverture du score de Kendrick Nunn, le Heat crée un premier écart, notamment grâce aux banderilles derrière l’arc de Crowder et Robinson. 18-9 après 7 minutes. Miami continue d’appuyer sur l’accélérateur, bien emmenés par Goran Dragic et ses 7 points d’entrées, dont deux step-back à mi-distance. Seul point négatif : Kanter s’impose déjà dans la peinture avec deux rebonds offensifs, maintenant les Celtics dans le coup.
Après 12 minutes, Miami mène 33-28.

Le second quart-temps continue dans la même veine pour le Heat, lorsque Tyler Herro décide de marquer 11 points dans les premières minutes. L’arrière enchaîne les trois points et se paie les chevilles de Grant Williams. Le rookie propulse le Heat à +12 avec 6 minutes restantes. Par la suite, c’est Bam Adebayo qui continue son propre chantier, concluant sa mi-temps avec 11 points, 8 rebonds et des fautes provoquées sur Tatum ou encore Smart (4 fautes pour lui déjà).
Miami ne lâche pas le lead, et retourne aux vestiaires sur le score de 63-51.

La donne change quelques peu lors de ce troisième quart, et Boston entame sa remontée, Jaylen Brown et Jayson Tatum en tête. Miami voit son avance fondre, prenant un run de 17-6. C’est Adebayo qui sonne la charge par la suite, allant provoquer la 5ème faute de Marcus Smart et accumulant des points sur la ligne des lancers. Bien accompagné par Dragic, le duo permet au Heat de reprendre une dizaine de points d’avance. Il faudra un shoot de Kemba Walker depuis le milieu du terrain au buzzer, pour que Boston recolle à -8. 91-83 pour Miami avant le dernier quart.

On prend le même et on recommence pour débuter ce dernier quart. Dragic débute avec les sept premiers points du Heat, pendant qu’Olynyk accumule les passes décisives (déjà 8 !). Kanter continue son chantier au rebond offensif pour permettre à Boston de rester à vue, avant de revenir à quatre points sur un dunk de Theis. Alors que l’on s’apprête à vivre des derniers instants tendus, Duncan Robinson ressort de sa boite pour fermer le couvercle, avec deux trois points très importants. +10 Miami avec 1 minute 30 à jouer. Les Celtics feront bien un dernier rapproché, mais le Heat (notamment Robinson) clôt les débats sur la ligne des lancers, remportant ainsi ce match 112-106.

Pour le Heat, Bam Adebayo et Duncan Robinson ont tous les deux marqués 21 points, le premier ajoutant 12 rebonds et un intéressant 11/18 aux lancers. Goran Dragic, avec ses 20 points en sortie de banc, a également fait le job. Le meneur souffre cependant d’une douleur à la cheville qui n’a jusque là rien révélé de sérieux. Kelly Olynyk (15 points, 8 passes) se sera également montré utile offensivement.
Côté Boston, Jayson Tatum (23 points, 7 rebonds), Jaylen Brown (18 points à 9/23 au tir), ainsi que Gordon Hayward et Kemba Walker (15 points chacun) auront tous quelques peu manqués de réussite. Le quatuor cumulant un 6/22 derrière l’arc.

Le joueur du match : Un Bam Adebayo dominant, voilà qui fait plaisir

Voilà une nouvelle performance plaisante de l’intérieur All-Star, qui au-delà de son double-double, s’est montré très agressif, accumulant 18 lancers francs au total (et 11 rentrés, ce qui n’est pas mal du tout). Profitant des mismatchs et ne refusant pas quelques drives, Bam fut la présence à l’intérieur dont le Heat avait besoin, contre une équipe qui n’est pas, elle non plus, remplie d’intérieurs si imposants que cela à lui opposer.


Les highlights du match

Source : stats.nba.com

Fan de la meilleure franchise de NBA depuis 2014. Ma foi en Erik Spoelstra est inébranlable, et la votre devrait l’être également.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in News