Connect with us

Analyse

Indiana Pacers – Miami Heat : La preview du premier tour !

Voici la preview du premier tour des Playoffs 2020, entre Pacers et Heat !

Couv Indiana-miami

Mesdames et messieurs, nous y sommes ! Les Playoffs sont là !
Le Miami Heat est de retour en post-season, et pas contre n’importe quel adversaire : Les Indiana Pacers, rivaux des années 2010, dont le feu a été rallumé par Jimmy Butler et T.J Warren plus tôt cette saison.
Il est désormais temps de vous proposer une preview complète d’une des séries du premier tour sentant le plus la poudre !

Le bilan des effectifs

Commençons cette preview par passer en revue les deux effectifs, en commençant par le 4ème de l’Est, les Pacers, avant de s’attaquer à celui du Heat.

Indiana Pacers

Meneurs de jeu : Malcolm Brogdon / T.J McConnell / Edmond Sumner
Arrières : Victor Oladipo / Justin Holiday
Ailiers : T.J Warren / JaKarr Sampson
Ailiers Forts : Doug McDermott / T.J Leaf
Pivots : Myles Turner / Goga Bitadze

Absents : Domantas Sabonis, Jeremy Lamb.

Les Pacers voient leur rotation quelques peu chamboulées avec les absences de Jeremy Lamb et surtout celle de Domantas Sabonis. Forcés à jouer plus petit, sans “vrai poste 4”, on continuera certainement de voir T.J Warren démarrer aux côtés de Myles Turner durant la série. Une incertitude reste présente autour de Warren suite à sa blessure au pied (Fascilitis plantaire, la même chose que Sabonis), qui est pour le moment listé questionable pour le premier match.
L’autre probable possibilité étant de voir Aaron Holiday démarrer les matchs également aux côtés de Brogdon. Pour le reste, on peut s’attendre à du classique côté Pacers, avec le trio Brogdon-Oladipo-Turner en axe 1-2-5.

Miami Heat

Meneurs de jeu : Goran Dragic / Kendrick Nunn
Arrières : Jimmy Butler / Tyler Herro
Ailiers : Duncan Robinson / Andre Iguodala / Solomon Hill
Ailiers Forts : Jae Crowder / Kelly Olynyk / Derrick Jones Jr
Pivots : Bam Adebayo / Meyers Leonard / Udonis Haslem / Chris Silva

Absent : KZ Okpala.

Côté Heat, pas d’absent notable à souligner, hormis peut-être Derrick Jones Jr selon les nouvelles à venir. Après sa sortie sur une civière lors du dernier match face à ces mêmes Pacers, l’ailier souffrait au niveau du cou. Rien de bien grave à priori, mais “Airplane Mode” n’est pas certain d’être de la partie pour débuter la série.
On notera également une décision assez forte prise par Erik Spoelstra, avec la titularisation de Goran Dragic pour débuter cette série. Kendrick Nunn ayant traversé moultes difficultés durant ces “seeding games”, le coach du Heat a préféré se reposer sur son Slovène expérimenté.
Pour le reste, aucun vraie surprise en vue. Les titulaires habituels étant tous disponibles et prêts à en découdre dès ce soir.

Le bilan de la saison régulière

Cette saison, les deux équipes se sont affrontées 4 fois, pour 3 victoires floridiennes. Le premier match, le 27 décembre 2019, s’est terminé par une très courte victoire du Heat 113-112. Indiana, malgré les absences de Brogdon et Oladipo, avait pu compter sur un excellent collectif, avec 7 joueurs entre 11 et 17 points. Côté Heat, le collectif était aussi de mise avec un seul joueur à 20 points. Adebayo avait surclassé Sabonis avec 18 points, 15 rebonds et 6 passes. Mené d’un point à quelques secondes de la fin, c’est Goran Dragic qui a pu libérer le Heat sur un floater.

La seconde confrontation est bien plus restée dans les mémoires. Le 8 janvier, le Heat se déplace à Indiana, toujours privé de Oladipo et Brogdon. Miami prend les commandes du match, et mène de 23 points au milieu du troisième quart-temps. Butler et Warren s’échangent des mots doux après une faute de ce dernier, qui sera expulsé par la suite. Le Heat gère enfin sa fin de match, pendant lequel 7 joueurs ont scoré entre 14 et 19 points, Herro en tête. Victoire finale 122-108.

Le troisième match a lieu dans la bulle. Les retrouvailles tant attendues entre les deux ailiers ont enfin lieu. Les Pacers ont récupéré Oladipo mais ont perdu Sabonis, alors que le Heat est au complet. Après une première mi-temps très serrée, Miami accélère et passe un 37-23 dans la troisième période. Butler fait un bon match, complet, pendant que Warren, complètement en feu sur les premiers matchs de reprise, est limité à 12 points à 5/14. Blow-out, 114-92 pour les floridiens.

Nous ne nous attarderons que très peu sur la dernière confrontation. Ce sont principalement les joueurs du bout du banc qui ont joué, les deux équipes préférant reposer leurs titulaires pour les playoffs. Indiana s’impose 109-92 après avoir pris l’avantage au premier quart-temps. McDermott finit meilleur marqueur du match avec 23 points.

Le focus tactique : Match-up extérieure et bataille du rebond

Il est désormais temps de parler quelques peu tactique, et on va se pencher sur deux aspects particuliers. Tout d’abord, la match-up extérieure, puis nous viendrons ensuite à la bataille, que dis-je, la guerre du rebond.

Débutons avec le premier point. Qu’est-ce qu’on entend par “match-up extérieure” ? Hé bien, la défense extérieure est probablement le “point faible” du Heat. Hormis Jimmy Butler, qui sera très certainement collé à T.J Warren ou Victor Oladipo, on imagine mal quiconque réussir à bien défendre sur le meneur de jeu des Pacers : Malcolm Brogdon.
Bien que le Rookie de l’année 2017 ne soit pas ce que l’on pourrait considérer comme une énorme menace offensive, il n’en reste pas moins un joueur diablement efficace et propre de ce côté du terrain. Cette saison, Brogdon a régulièrement dépassé la vingtaine de points marqués face à des équipes ayant une ligne extérieure assez faible défensivement. Face au Heat, ses deux seules apparitions eurent lieu dans la bulle d’Orlando, ou il n’a marqué que 12 et 16 points, ce qui semble être une exception à la règle. Les présences de Warren (bien qu’éteint par la défense du Heat récemment) et désormais d’Oladipo malgré le fait qu’il soit encore hors-rythme focaliseront les meilleurs défenseurs du Heat sur les ailiers, et l’ami Brogdon pourrait bien profiter d’une match-up plutôt avantageuse, au moins en début de série avant d’éventuels ajustements. Ni Dragic, bien que correct, ni Nunn ne sont pas capables de “lockdown” leur adversaire direct. Et bien sûr, lors d’éventuelles prises à deux, Brogdon est suffisamment intelligent pour délivrer la bonne passe pour trouver l’homme ouvert.
Il faudra donc qu’Erik Spoelstra fasse attention sur ce point, quitte à forcer Brogdon à scorer plus qu’à l’accoutumée.

Après la match-up extérieure, qu’en est-il de l’intérieur ? Miami a montré, dans cette bulle, beaucoup de switch sur pick and roll, notamment grâce aux arrivées de Iguodala et Crowder à la trade deadline. Grâce à leurs qualités, et aussi la capacité de Bam à défendre sur tous les postes, Miami pourra tenter de neutraliser le pick and roll/pop des duos Brogdon/Turner et Warren/Turner. Mais comme dit plus haut, Dragic et Nunn ne sont pas de bons défenseurs et ils se feront probablement cibler, tout comme Duncan Robinson. Indiana score beaucoup dans la raquette, là où Miami a du mal à défendre.

Plus de 45% des points des Pacers viennent de l’intérieur. On distingue deux types de tir à l’intérieur : les « short mid » et les tirs « au cercle ». Ces derniers incluent les dunks et layups, alors que les premiers comptent plutôt les floaters, hooks et fadeaways au poste. Alors que le Heat défend très mal les tirs au cercle avec 66% de réussite adverse pour une 26e position, les short mid sont très bien défendus : 38,3 %, 4e position.

En attaque, Indiana est mauvais au cercle avec une réussite de 62,4% pour une 19e place, alors qu’ils sont très bons en short mid : 44,8%, 1e place. Là ou cela tourne à l’avantage de Miami, c’est l’absence de Lamb et Sabonis, respectivement 96e et 57e percentiles de la ligue. Néanmoins, Turner, Oladipo et McConnell sont tous les trois au dessus du 90e percentile, les classant parmi les tous meilleurs de la ligue.

Le second point à aborder est donc la bataille du rebond. Même sans réel spécialiste, Miami est une bonne équipe au rebond. En effet, le Heat attrape 51,2 % des rebonds disponibles par match, se classant à la 5e place de la ligue. Les Pacers sont seulement à la 24e position pour 48,7 % de rebonds pris. Dans la bulle, privés donc de leur meilleur joueur dans l’exercice, Domantas Sabonis (12,4 prises par match), ce chiffre descend à 46,4 %, plaçant les Pacers à l’avant dernière position. Le chiffre au rebond défensif est encore plus catastrophique, car les Pacers sont derniers (derrière les Rockets) avec 68,9 % de rebonds défensifs pris. En face, Turner n’est pas connu pour être un bon rebondeur, avec seulement 6,6 prises par match. Effet Sabonis ou simple manque de hustle et dureté ?

On pencherai plutôt pour la seconde option, sa moyenne entre la saison régulière et la bulle restant similaires. Bam Adebayo, Butler, Jones Jr (s’il revient dans la série) devraient se faire plaisir de ce côté du terrain. Dans la dernière confrontation au complet, Miami avait pris 14 rebonds de plus que les Pacers.

Il reste tout de même un dernier petit point à souligner : La batailles des bancs. Pacers et Heat ont des armes à utiliser en sortie de banc. Les second units des deux équipes faisant partie des onze à avoir un +/- positif sur la saison régulière.
Il sera donc intéressant de suivre comment les éléments clés de chaque banc se comportent et sont utilisés par les coachs. On sait que les frères Holiday, T.J Mc Connell et Doug McDermott peuvent grandement aider les Pacers notamment offensivement. Le Heat quand à eux peuvent toujours compter sur Tyler Herro, Kelly Olynyk et, selon s’il démarre tous les matchs ou non, Goran Dragic pour dynamiter le banc adverse. Andre Iguodala apportera également sa défense, son expérience et sa polyvalence pour cimenter le tout.

Les duels de joueurs

T.J Warren vs Jimmy Butler : Warren peut-il donner tort à Butler ?

C’est LE duel attendu de ces playoffs. Après leur joute en janvier, et la « revanche » gagnée par Jimmy et le Heat, nous avons droit à encore au moins 4 confrontations entre les deux joueurs. Défendu par Butler, Warren n’a scoré que 11 points, avec un petit 3/9 au tir. De ce côté là, avantage Buckets. Jimmy est un excellent défenseur. Cependant, il ne sera peut-être pas assigné à Warren, étant meilleur en défense off-ball, ce qui a plus d’impact sur la défense collective. Néanmoins, grâce à la défense en switch, on devrait voir Butler défendre l’ailier d’Indiana sur quelques séquences.

En face, Warren n’est pas considéré comme un excellent défenseur, voire même un bon défenseur. En attaque, Butler devrait là aussi avoir l’avantage grâce à son physique, son premier pas rapide, et sa vision du jeu. Si en plus il récupère un peu de son tir, l’avantage est définitivement côté Butler.


Myles Turner vs Bam Adebayo : Un duel d’intérieurs se jouant au large ?

L’autre duel à suivre lors de cette série a, à priori, un peu moins de piment que le duel Butler-Warren. Cependant, Bam Adebayo serait surement en désaccord avec vous.

Dans cette série, les deux pivots seront les deux seuls “grands” à voir de longues minutes en théorie (bien que Miami possède d’autres big men), et comme on a pu en discuter précédemment, ils auront un rôle important à jouer dans la bataille au rebond. Cependant, l’un comme l’autre sont susceptible de faire la différence de par leur capacité à jouer au large. Turner écartera Adebayo du cercle grâce à son tir extérieur, et Bam pourra le suivre grâce à sa mobilité. On peut se demander si les Pacers, sachant que Bam peut switcher sur n’importe qui, tenteront de libérer Turner pour le faire jouer plus au poste, qui pourrait profiter de sa taille pour scorer plus facilement à l’intérieur sur un joueur plus petit et moins athlétique.
De l’autre côté, Bam se retrouve très souvent balle en main au poste haut, exécutant les fameux “dribble hand-offs”, marque de fabrique de l’attaque du Heat. Il mobilisera donc l’attention de Turner loin du cercle, qui pourrait profiter au Heat via des coupes vers le cercle. Duncan Robinson, notamment, prenant de plus en plus l’initiative pour obtenir des points faciles. Un dernier point : Dans le cas ou Turner décide de ne pas trop sortir sur Bam pour protéger le cercle, ce dernier devra impérativement prendre le tir ouvert à mi-distance, qu’il est capable de mettre, ou bien d’attaquer son vis-à-vis pour provoquer des fautes.

On peut donc estimer que l’avantage dans cette match-up irait plutôt au pivot du Heat. Plus capable de créer, plus mobile, et possédant un petit surplus de motivation : Adebayo avait été coupé de la FIBA World Cup team, alors que Turner quand à lui en faisait parti.
Cependant, attention si Turner commence à s’imposer à l’intérieur et à faire la différence grâce à sa force de dissuasion.

Le pronostic de la rédaction

Flo : 4-1 Miami
Sam : 4-2 Miami
Simon : 4-2 Miami
Val : 4-2 Miami
Quentin : 4-1 Miami

Que la série se termine en 5 ou 6 matchs, toute la rédac’ s’accorde sur une victoire du Heat, qui avancerait donc vers les demies-finales de conférence. Même si le score final refléterait une domination globale du Heat, les matchs en eux-mêmes pourraient être bien plus serrés que le score de la série ne le laisserait penser. Miami, bien qu’ayant une très bonne attaque, peut parfois faire preuve d’inconstance et cela pourrait profiter à des Pacers qui restent une très bonne équipe défensive.
Maintenant, la donne pourrait aisément être inversée, le Heat ayant démontré qu’ils pouvaient mettre à mal l’attaque des Pacers. D’autant plus que, comme nous l’avons déjà souligné, ces Pacers ont un Oladipo hors-rythme et n’ont pas leur meilleur intérieur offensif en Sabonis.

Date et horaires de matchs

Game 1 : mardi 18/08, 22h
Game 2 : jeudi 20/08, 19h
Game 3
: samedi 22/08, 21h30
Game 4
: lundi 24/08, 00h30

Si nécessaire :
Game 5 : mercredi 26/08, TBD*
Game 6 : vendredi 28/08, TBD*
Game 7 : dimanche 30/08, TBD*
*A définir

Et c’est ainsi que cette preview de la série Pacers-Heat se conclut ! N’hésitez pas à nous faire part de vos impressions sur cette série, vos pronostics pour le match de ce soir et celui de la série !
En attendant, on se retrouve dès 22h pour suivre le game 1 !

Fan de la meilleure franchise de NBA depuis 2014. Ma foi en Erik Spoelstra est inébranlable, et la votre devrait l’être également.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in Analyse