Connect with us

News

Indiana Pacers – Miami Heat, Game 1 : Playoffs Jimmy présent d’entrée !

Résumé du game 1 entre Pacers et Heat du 18 Août 2020 !

Vous sentez cette odeur ? Les Playoffs sont là, et le Miami Heat y est pour cette édition 2020 ! Pour ce premier tour, des Pacers quelques peu amoindris, mais coriaces, se présentent face au Heat.
Quand aux hommes de Spoelstra justement, eux furent tous prêts et en forme en vue de ce premier match.

La rencontre débute bien pour le Heat. Dragic, Butler, Robinson et Adebayo se mettent en jambe, et Miami creuse un petit écart rapidement. Cependant, les Pacers répondent, se rapprochent puis prennent l’avantage au fil du quart-temps, qu’ils ne lâcheront pas de la période. Leur banc est efficace et leur permet même de creuser l’écart, résultant en un 33-27 pour Indiana après 12 minutes.
Fait du match : Victor Oladipo est touché à l’oeil suite à un contact avec Jae Crowder. L’arrière des Pacers sortira et ne reviendra pas du match. Coup dur.

Lors du second quart, le banc des Pacers continue de performer, mais c’est bien le Heat qui reprend la main au fur et à mesure, notamment grâce à un très bon Tyler Herro. Miami recolle, reprend le lead et ne le lâchera pour ainsi dire plus. Butler et Bam (26 points à eux deux) terminent le job lors de cette première mi-temps pour envoyer le Heat au vestiaire avec une courte avance de quatre points : 56-52.

Le troisième quart, dans sa majeure partie, est en faveur du Heat. Dragic débute bien, Butler et Bam continuent d’être agressif, la défense répond présent. Miami recrée l’écart, allant jusqu’à 10 points. Les deux dernières minutes cependant seront presque cauchemardesques en comparaison, les Pacers calant un run de 9-1 pour recoller à 81-80 avant le dernier quart, grâce à un Malcolm Brogdon agressif et inspiré. 18 points et 8 passes déjà pour lui.

La première action du quart-temps, symbole ou non, est un alley-oop de Dragic pour Derrick Jones. On se dirait presque que ça annonce la couleur. Malgré cela, Indiana se bat lors des premières minutes de ce dernier quart, encore une fois grâce au banc qui aura maintenu les Pacers dans le match longuement. Seulement, petit à petit, le Heat asseoit sa domination et enfonce le clou, grâce à l’homme du quatrième quart : Goran Dragic. Trois tirs à trois points, du mi-distance et du lay-up pour le Dragon, qui enflamme la défense et permet au Heat de creuser de nouveau l’écart. Derrière lui, c’est Jimmy Butler qui met le couvercle, et de quelle manière : Deux tirs à trois points de suite, oui vous avez bien lu, pour crucifier les Pacers et refaire passer l’écart au dessus de la dizaine. Indiana ne s’en relèvera pas et la suite n’est que formalité. Miami s’impose 113-101 et mène donc 1-0 dans la série.

Côté statistiques, le Heat aura obtenu de Jimmy Butler l’une de ses meilleures performances offensives : 28 points 8/15 au tir et 10/12 aux lancers, accompagnés de 4 interceptions, 2 contres et une vraie présence défensive. Goran Dragic et ses 24 points, 6 rebonds et 5 passes l’accompagne bien. Bam Adebayo compile 17 points, 10 rebonds, 6 passes et 3 contres, tandis que Tyler Herro apporte 15 points en sortie de banc.
Chez les Pacers, ce sont Malcolm Brogdon (22 points, 10 passes) et T.J Warren (22 points, 6 rebonds, 4 interceptions) qui auront step-up au scoring, accompagnés par Justin Holiday (11 points) et JaKarr Sampson (10 points) en sortie de banc.

Les joueurs du match : Butler et Dragic, quand les étoilés répondent présent.

Les Playoffs sont le rendez-vous des joueurs expérimentés, des joueurs qui ont su décroché la petite étoile qui vous envoie à un événement spécial ayant lieu en Février. Bien que Bam Adebayo ai encore été très bon, il faut mettre l’accent sur le duo de All-Stars vétérans du Heat. Jimmy Butler, de par son agressivité des deux côtés du terrain aura insufflé la bonne dynamique, avant de clore la rencontre comme le joueur clutch dont on sait qu’il peut être.
Goran Dragic quand à lui, aura su faire la différence également quand il le fallait, enchaînant les paniers importants dans le dernier quart. En somme, le Slovène aura, à nouveau, fait ce que l’on a tendance à attendre de lui pour porter le Heat vers le succès.


Les highlights du match

Source : stats.nba.com

Fan de la meilleure franchise de NBA depuis 2014. Ma foi en Erik Spoelstra est inébranlable, et la votre devrait l’être également.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in News