Connect with us

News

Indiana Pacers – Miami Heat – Game 4 : Ce fut serré, mais sortez les balais !

4ème rencontre de cette série du premier tour entre Pacers et Heat, et voici l’occasion rêvée pour Miami d’en finir dès maintenant en remportant ce match.
Bien que plusieurs joueurs furent questionable, tout le monde était bien présent pour cette rencontre.

Ce sont les Pacers qui commencent fort la rencontre, ne voulant évidemment pas sortir sans remporter le moindre match. Oladipo et Turner artillent de loin, mais Crowder et Robinson répondent. Ce dernier lançant même un premier run de 9-0. Les deux équipes se renvoient la balle alors que le premier quart ralentit sévèrement de rythme, se terminant sur le score de 22-21 pour Indiana.
Jimmy Butler, dérangé à l’épaule gauche avant le début du match, est sorti après 6 minutes. Il ne reviendra qu’en seconde mi-temps.

Le duel continue lors du second quart, cette fois mené par les deux bancs. La production de celui du Heat faisant plaisir à voir. Kendrick Nunn reçoit ses premières minutes dans ses playoffs, et impacte directement le jeu offensivement avec un trois point dans le corner. Le Heat creuse l’écart grâce à sa second unit, Kelly Olynyk fait même monter ses totaux de points à 11, et de rebonds à 5 (deux offensifs). Les Pacers ne lâchent cependant pas, emmenés en majeure partie par un Oladipo en jambes et un Turner assez dominant.
48-42 à la pause pour le Heat.

Le troisième quart voit la rencontre tourner de plus en plus en ce que Stan Van Gundy appellera un “combat des 90’s”. Après un bon départ offensif du Heat, faisant monter l’écart jusqu’à +13, les Pacers reviennent aux alentours des 7 points, mais ne parviennent pas à se rapprocher bien plus hormis via un trois points d’Oladipo, pour recoller temporairement à -4. Malgré tout, bien que le Heat ai du mal à scorer, les Pacers également et c’est ce qui permet aux hommes de Spoelstra de maintenir leurs adversaires à distance : 70-62 après trois quart-temps, merci Goran Dragic pour le lay-up au buzzer !

Puisqu’on en arrive au quatrième et dernier quart, qui d’autre que ce même Goran Dragic pour se sublimer ? Le Slovène porte son équipe offensivement : Agressif au lay-up, mettant dans le vent Myles Turner. Filoche sur filoche, que ce soit en step-back ou en fadeaway jumper. Le Dragon marque 11 de ses 23 points dans le dernier quart. Tyler Herro est l’autre homme de cette fin de match offensivement, rentrant des petits tirs à mi-distance, grattant des rebonds offensifs et délivrant une sublime passe pour un trois points d’Iguodala. Le Heat gère la fin de match malgré l’écart assez faible, maintient des Pacers combatifs à distance et termine la série sur le score de 99-87 : On se serait bel et bien cru 25 ans en arrière !

Niveau boxscore, soulignons tout d’abord l’énorme performance du banc du Heat : 41-3 en comparaison à celui des Pacers. Une boucherie. Tyler Herro (16 points, 5 rebonds, 4 passes) aura une nouvelle fois dépassé la quinzaine, inscrivant son nom dans les livres d’histoire aux côté d’un certain Dwyane Wade (ainsi que Jayson Tatum et Donovan Mitchell). Kelly Olynyk (11 points et 8 rebonds) fut efficace en seulement 16 minutes. Quand à aux titulaires, Goran Dragic (23 points) continue d’être un maillon clé lors de ces playoffs, tandis que Bam Adebayo (14 points, 19 rebonds, 6 passes) aura grandement impacté la bataille du rebond, grattant 6 des 17, oui oui, 17 rebonds offensifs (60 totaux) pris par le Heat dans ce match.
Côté Pacers, Victor Oladipo (25 points, 8 rebonds, 5 interceptions) aura tout tenté, en vain. Il fut tout de même bien accompagné par un Myles Turner très présent à l’intérieur (22 points, 14 rebonds, 5 contres), et d’un T.J Warren à 21 points.

Le joueur du match : Goran Dragic, Mr 4th quarter.

En voyant la très belle performance collective en l’absence temporaire de Jimmy Butler, on aurait pu ne pas prendre de joueur particulier. Cependant, le dragon a encore une fois su fermer le couvercle dans les dernières minutes, offrant la victoire au Heat grâce à sa patte gauche de velours. Jusqu’à maintenant, Dragic est très certainement l’homme n°1 du Heat sur ces Playoffs, et il l’a à nouveau démontré pour aller chercher ce sweep.


Les highlights du sweep

Source : stats.nba.com

Fan de la meilleure franchise de NBA depuis 2014. Ma foi en Erik Spoelstra est inébranlable, et la votre devrait l’être également.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in News