Connect with us

News

Milwaukee Bucks – Miami Heat – game 4 : Une défaite amplement méritée…

Résumé du match 4 entre Bucks et Heat !

L’occasion de balayer la meilleure équipe de la ligue se présentait lors de ce match 4 hier soir pour le Heat. Quand aux Bucks, eux avaient pour objectif d’éviter le sweep à tout prix.
Pas d’absent notable des deux côtés, Giannis Antetokounmpo jouait bel et bien malgré ses soucis à la cheville.

On aurait difficilement pu imaginer un meilleur début de match. Bien que Giannis fut virtuellement impossible à stopper, le Heat débute très bien sa rencontre. Jimmy, Bam, Crowder et Robinson portent l’attaque, et permettent au Heat de creuser un petit écart qui sera maintenu tout le long du quart-temps. Résultat des courses après 12 minutes : 31-22 pour Miami.

L’incident du match a lieu très tôt dans ce second quart. Alors que les Bucks recollent grâce à Giannis (déjà à 19 points), ce dernier aggrave la condition de se cheville sur un mauvais appui, et est obligé de quitter le terrain après avoir tiré ses lancers francs. Il ne reviendra pas du match. Le match change à partir de là, les Bucks commencent à jouer plus lentement, le ballon tourne plus, et le Heat a du mal à s’adapter. Résultat, Miami perd l’avantage au score, et le quart-temps termine sur un 28-17 des Bucks. Score à la mi-temps : 50-48.

Là ou le second quart a vu le Heat avoir du mal offensivement, la donne change au retour des vestiaires. Adebayo et Crowder répondent à un Khris Middleton intenable dans ce troisième quart (21 points dans ce quart). Middleton continue son show, mais cela n’empêche pas le Heat, grâce à un apport offensif plus varié, de reprendre le lead. Trois petits points d’avance pour le Heat avant le dernier quart, 88-85.

Ce quatrième quart est, pour ainsi dire, cauchemardesque côté Heat. L’intensité côté Heat a disparue, près de 5 minutes sans scorer, tandis que les Bucks retrouvent un apport collectif plus conséquent (Middleton n’ayant pas scorer le moindre point), qui leur permet de reprendre l’avantage dans les dernières minutes. Tyler Herro marque un trois points très clutch qui permettra ultimement au Heat de jouer la prolongation, suite au 1/2 aux lancers de DiVincenzo. 107 partout, direction la prolongation.
La prolongation peut être renommée “le dernier acte du Middleton show”. A l’exception de deux lancers obtenus par Lopez, l’ailier marque tous les points des Bucks. Sans Tyler Herro qui marque deux autres trois points pour maintenir une once d’espoir, le second All-Star des Bucks a pris feu et, contrairement au reste de la série, fut le joueur dominant dans le clutch time, profitant bien des switchs initiés sur pick & roll, bien qu’il scorait sur n’importe qui envoyé par Spoelstra. Les Bucks reviennent ainsi à 3-1, remportant ce match 118-115.

Bam Adebayo a réalisé hier soir son meilleur match offensif en Playoffs : 26 points, 12 rebonds, 8 passes à 10/13 au tir. Il est accompagné par Duncan Robinson (20 points à 6/12 de loin), Jae Crowder (18 points à 6/12 de loin), ainsi que Jimmy Butler et Goran Dragic (17 points chacun). Tyler Herro, 11 points seulement, aura tout de même marqué 9 de ses points lorsque le Heat en avait le plus besoin.
Côté Bucks, Middleton termine en 36-8-8. Derrière lui, les 19 points de Giannis en 11 minutes avant sa sortie, Bledsoe (14 points, 10 rebonds et 6 passes) ainsi que Lopez cumulent quand à eux 28 points à deux. Le duo Hill-DiVincenzo ajoute également 22 points en sortie de banc, bien plus que tout le banc du Heat.

Le joueur du match : Bam Adebayo, trop fort, mais trop seul.

Quoi de plus frustrant que de réaliser votre meilleur match en Playoffs, et perdre de trois points ? Quoiqu’il en soit, au-delà de sa performance statistique impressionnante, Bam Adebayo fut hier soir le seul à amener de l’intensité continuellement. Quatre rebonds offensifs, dont ce panier atypique lorsqu’il remet le ballon dans le cercle du bout de ses doigts. La seule chose que l’on peut espérer est que ses coéquipiers revoient la performance de leur pivot, et se ramènent au match 5 avec un niveau d’intensité égal à celui montré par Bam hier soir.


Les highlights du match

Source : stats.nba.com

Fan de la meilleure franchise de NBA depuis 2014. Ma foi en Erik Spoelstra est inébranlable, et la votre devrait l’être également.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in News