Connect with us

News

MIAMI HEAT – BOSTON CELTICS: LES 12 TRAVAUX D’HERRO.

Dans un match disputé jusqu’à la dernière possession, le Heat fait le plus dur et s’impose pour prendre une avance de 3-1 dans cette finale de conférence face à Boston.

Comme on pouvait l’espérer, l’entame du match se déroule à travers un Jimmy Butler (24points, 9rebonds, 4 passes décisives) bien plus agressif que lors des précédents matchs permettant au Heat de terminer le 1er QT légèrement devant. Une première mi-temps moins rythmée qu’à l’accoutumée permettra au Heat de neutraliser Jayson Tatum à 0 points en première mi-temps, ceci offrant une faible marge de manœuvre lors des séquences assez creuse offensivement. Malgré la création du franchise player, l’adresse fera défaut tout le match côté Heat avec un Crowder en deçà de ses standards de saison (1/7 à 3pts) et une adresse collective à en faire pâlir les plus grands maçons du monde (24% derrière l’arc pour la franchise floridienne)

A l’instar des matchs précédents, le plan défensif de Boston fut un calvaire pour le sniper national et Duncan Robinson ne parvint pas à se défaire de l’excellente défense sur dribble handoff de Jaylen Brown principalement (0/5 à 3 points) ni à éviter les problèmes de fautes provoquées par les celtes.

Sans adresse, les énormes rebonds de Bam (20 points 12 rebonds) sauvèrent Miami à plusieurs reprises et permirent au Heat de finir la mi-temps en menant au score.

Le retour du vestiaire fut plus difficile, la faute à une zone de moins en moins efficace – close-out moins précis, meilleure approche de Boston ainsi que le réveil de Tatum – et l’avantage au score ayant atteint 12 points dans le 3eme QT (plus gros lead du Heat sur cette série !!) disparut avec un Boston de retour au contact.

Ce fut sans compter sur le chef d’œuvre du meilleur jeune joueur de l’histoire du basket (en toute objectivité) qui, en toute situation sut comment attaquer le schéma défensif des Celtics.

Tyler Herro (37 points, 6 assists, 50% à 3points) fut tout simplement le sauveur du Heat ce soir, à coup de shoots difficile (sur tous les défenseurs osant se frotter à lui), de passes bien senties (la défense verte lui offrant assez d’espace pour naviguer en tête de raquette et servir Adebayo) et de pénétrations toutes aussi belles les unes que les autres.

Dans la lignée de son précédent match qui ne fut pas félicité d’une victoire, le jeunot du Wisconsin délivra sa plus belle prestation à ce jour, dans le match le plus important de sa carrière, bien accompagné par les offrandes de ses coéquipiers (Dragic, 22 points accompagnés de mi-distance calmant les runs adverses) qui profitèrent de sa main chaude.

Au terme d’un match aussi stressant qu’impressionnant, Miami se montrera clutch encore une fois dans les 5 dernières minutes afin d’asséner le coup de massue permettant de traverser la dernière minute de Boston (deux 3 points et une faute à 3 points contre Kemba pour faire revenir le match a 1/2 possessions)

A une victoire des finales NBA, le plus dur reste à venir face à une franchise ayant montré qu’elle était capable de se relever en toutes circonstances mais plus que jamais, le Heat est debout.

« Wow, il a l’air fort, c’est qui ce joueur ? » 15 ans plus tard, vous obtenez un fanatique du Heat, drogué de Basket et de crossover en tout genre.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in News