Connect with us

Analyse

Dragic, Olynyk et Leonard: Explications et analyses de ce début de free agency.

Depuis désormais quelques heures, nous savons que l’effectif du Heat sera quasi identiquement le même pour la saison 2020-2021 qui débute dans un mois pile. Analyse et explication de ces signatures logiques.

Kelly Olynyk

Avant le début de la Free-Agency, nous savions déjà ce qu’allait être la décision de Kelly Olynyk, quant à la prise ou non de sa player option de 13.6 Millions ( dont 1 million de Bonus).

Sans grande surprise donc, nous avons appris 48 heures avant le début des hostilités sur le marché de l’été, que le Canadien avait fait le choix de prendre l’argent et de rentrer dans la dernière année du contrat de 50 Millions sur 4 ans débuté en 2017.

La première chose à savoir est qu’il était évident que Kelly Olynyk allait prendre cette player option, tant il n’aurait probablement pas eu plus sur le marché.

La seconde est le délai. Olynyk aurait pu prendre son option avant la draft. Mais avec son année 2020-2021 ainsi garantie, il aurait pu être transféré le soir de la sélection de Precious Achiuwa . Ainsi Kelly Olynyk s’est sécurisé au moins pour le soir de la draft en attendant de voir la suite.

Car maintenant qu’il a pris sa dernière année de contrat, il fait partie des joueurs de l’effectif du Heat à pouvoir être transféré contre une autre contrepartie. Pour le moment, cela ne semble pas être l’objectif du Heat étant donné la direction prise par le Front-office. D’autant qu’un contrat se terminant à l’été 2021 possède une valeur forte avec la free agency de l’été prochain et la cible Antetokounmpo. Malgré tout, rien n’est jamais figé et la probabilité de voir Olynyk finir sa saison en Floride n’est pas, elle, garantie.

Goran Dragic

Du côté de la Slovénie, pas de grosse surprise non plus.

Depuis Février 2015, Goran Dragic fait les beaux jours de Miami. L’amour des fans et du front-office du Heat pour le meneur slovène n’est plus à prouver, tant il a dû sacrifier au cours de ces 5 années et ce malgré ses 85 Millions sur 5 ans. Entre la maladie de Chris Bosh, les années Waiters – Whiteside et les récentes finales où il a dû prendre sur lui avec une blessure frustrante au possible pendant que ses amis se battaient pour aller au titre, Goran a vécu de nombreux sacrifices (comme la place de 6ème homme aussi) et moments difficiles.

Désormais derrière lui puisque remis de sa blessure, c’est avec bonheur qu’il a pu annoncer de manière originalement offerte par le Heat, qu’il restait “chez lui” pour potentiellement 2 ans et 37.5 Millions de dollars.

Le retour de Goran n’est donc pas surprenant. Le salaire un peu plus. Cela peut paraître beaucoup d’argent mais c’est à la fois une compensation financière pour les sacrifices qu’il a fait mais aussi pour ceux qu’il pourrait faire l’an prochain.

Car chose important et comme c’est le cas pour Meyers Leonard (voir ci-dessous) la seconde option du contrat est une option d’équipe. Ce qui signifie que c’est Miami qui choisira de payer ces 19.5 Millions à Dragic ou non l’an prochain, avec toujours pour objectif le recrutement d’un gros joueur (Giannis ?) lors de la prochaine FA. Un mouvement stratégique intéressant permettant de tout de même donner de l’argent bien mérité à Dragic.

Car malgré son âge avancé (34 ans), Goran Dragic a été fondamental cette année en sortie de banc, et encore plus en playoffs sur le poste de meneur titulaire. C’est simple, Miami ne pouvait pas le laisser partir, sportivement et moralement, et ils ne l’ont pas fait. Tout est bien qui finit bien.

Meyers Leonard

Pour Meyers Leonard, nous sommes presque sur la même idée que Goran Dragic. Le front office et les joueurs l’adorent (en particulier Jimmy Butler qui a évidemment son mot à dire) et il a énormément apporté durant la saison régulière (beaucoup moins durant les playoffs). Ainsi, le contrat proposé est sur le même principe que Dragic:

Une première année garantie et une seconde avec une option équipe. Cependant, 10 millions la saison pour Meyers Leonard semble tout de même être beaucoup. Son rôle en saison régulière est parfaitement utile et compréhensible mais ses limites se ressentent en playoffs. Ici aussi, nous supposons un arrangement sur une première année bien rémunérée avant de voir l’été prochain lors de la Free Agency et la recherche d’un joueur calibre All Star.

Ce qui est important avec les contrats signés par Dragic et Leonard, c’est que ce type de contrat amène une no-trade clause implicite. Car avec une seconde année non garantie actuellement, le dernier CBA impose aux franchises de ne pas pouvoir transférer les joueurs sans leur accord.

Pour résumer, Miami ne pourra pas transférer Leonard ou Dragic cette année sans qu’eux soit d’accord.

Enfin presque car c’est encore un peu plus compliqué… Miami peut tout à fait garantir la seconde année en prenant l’option d’équipe d’un ou des deux joueurs et de ce fait, annihiler la “no-trade clause implicite”. Ainsi, si Miami active l’option, Dragic et/ou Leonard peuvent être immédiatement transférer sans leurs accords.

Pour cela, il faut tout de même attendre le laps de temps imposé par la NBA pour transférer des joueurs ayant signé un nouveau contrat. Aujourd’hui, un joueur signé SANS les bird rights pourrait être transféré mi-décembre. OR, Goran Dragic et Leonard, s’ils devaient être transféré avec toute la mise en place expliquée, ne pourrait être trade qu’à partir de mi-janvier (environ, nous n’avons pas les dates exactes) car ils ont été resignés AVEC les bird rights.

Maurice Harkless et la suite de la Free Agency

Pour terminer ce petit tour de recrutement, Miami a réussi à signer Moe Harkless pour un salaire très abordable étant donné son rôle et niveau: 3.6 Millions (soit la Bi-annuel exception).

Avec cette bonne signature, les récentes “prolongations de Udonis Haslem, Duncan Robinson et Kendrick Nunn, la draft de Precious Achiuwa et le départ définitif de Derrick Jones Jr du côté de Portland pour 19 Millions sur deux ans, Miami se retrouve donc avec 14 joueurs sous contrat garanti cette saison et à 14 Millions de la limite de la taxe.

Au moment de l’écriture de ces lignes, Miami souhaite toujours garder Jae Crowder, qui viendrait prendre la dernière place disponible dans l’équipe. Mais ce dernier recherche toujours un contrat au moins aussi juteux mais surtout plus long.

Dans le cas où il ne trouve pas, Miami pourrait lui proposer 14 Millions sur 1 an.

Dans le cas où il trouve, Miami pourrait proposer les 9.5 Millions de la mid-level exception qu’il reste au front office de Miami pour signer un dernier free agent. Parmi eux, un nom revient régulièrement même si rien n’est certain: Paul Millap.

Pour conclure, le Miami Heat 2020-2021 ressemblera beaucoup à celui des dernières finales. Si ajustement il y aura, les trades possibles prendront probablement du temps (sauf miracle réalisé par Pat Riley) mais encore une fois, le front office a fait de bonnes choses… en attendant peut être la cerise sur le gâteau et la prolongation de Crowder.

Fan du Heat depuis la belle époque du Big Three, je me balade souvent sur le site InsideBasket pour développer d’autres écrits que ceux de Miami, voire sur InsideTheHoop pour discuter entre amis.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in Analyse