Connect with us

Analyse

Victor Oladipo : que va-t-il pouvoir apporter au Heat ?

Le bilan du Heat, ce jour, est de 24 victoires pour 24 défaites, et le Heat pointe à la 5e place de la conférence Est. Alors qu’il s’agit de l’équipe qui a réussi à aller en Finales la saison dernière, les floridiens ont beaucoup de mal. C’est alors que Pat Riley a décidé d’apporter du renfort à l’équipe. Lowry ? Non, Toronto n’a pas voulu le transférer finalement. C’est donc sur Victor Oladipo que le choix s’est porté. Mais que peut-il apporter à cette équipe ?

Pénétration vers le cercle

C’est quelque chose qui manque beaucoup au Heat cette saison. Dragic n’est pas dans sa meilleure forme et n’a pas été capable d’attaquer correctement le cercle, Nunn ne peut pas non plus le faire sans un pick. Seul Herro a réussi à le faire un peu, mais il est encore en progression, et Butler évidemment. Seulement 4 joueurs du Heat sont au dessus de la moyenne de la ligue en fréquence de tir au cercle. Oladipo a toujours été au dessus. 28 % de ses tirs à Houston sont au cercle, pour une réussite de 63%, le classant de la 64e percentile (mieux que 64% des joueurs, ndlr) chez les « combo » (joueurs considérés meneur/arrière par le site Cleaning the glass).

Son premier pas est rapide et lui permet de battre la défense, et même s’il n’a plus la même verticalité au cercle qu’avant sa blessure, il est assez créatif pour finir. D’après nba.com/stats, Oladipo tente 6,3 tirs sur des drives pour une réussite de 45,7 %.

Il est aussi capable de réaliser de bonnes lectures pour ressortir ou servir le big à l’intérieur. Ce n’est pas un playmaker à proprement parler comme Butler ou Chris Paul, mais il peut faire la bonne passe en réaction à la défense. Il arrive aussi à manipuler les défenses sur pick and roll, lui permettant soit de finir par lui même sur un tir mi-distance ou au cercle, soit de donner un passe au poseur d’écran, que ce soit en roll ou en pop. Son meilleur duo cette saison était Christian Wood, capable de faire les deux. Sur les passes de Oladipo, il tirait à 61 % dont 9/16 à trois points !

De la défense

Enfin ! Oui, enfin, le Heat a un bon défenseur sur les lignes extérieures. Même si Nunn a bien progressé, c’est largement insuffisant pour contenir les guards adverses, la zone étant en partie utilisée pour « cacher » les mauvais défenseurs de cette équipe. Oladipo est lui très bon dans ce domaine. On avait pu y avoir un avant goût lors des derniers playoffs, où il avait rendu la vie très dure à Duncan Robinson. Il est très bon off-ball, peut contourner les écrans pour suivre l’attaquant, et sa vitesse combinée à ses longs bras en font un excellent intercepteur. Il tourne en moyenne à 1,6 interception par match dans sa carrière, son record étant de 2,4 l’année du MIP. De plus, il sait bien se placer pour provoquer les passages en force. Il en a eu 10 cette saison, le classant 12e dans toute la Ligue.

Mais il n’est pas seulement un bon défenseur off-ball. Il est fort aussi sur le porteur de balle adverse. Sa rapidité latérale, ses qualités athlétiques lui permettent de contenir les guards les plus rapides. Selon nba.com/stats, ses adversaires tirent à 42,9%, soit 2,9 points de pourcentage de moins que la moyenne (45,8%).

Un peu de tir extérieur

Non, Oladipo n’est pas le meilleur tireur à trois points de la Ligue. Cette saison, il tourne à 33% sur 7,7 tentatives, ce qui est en dessous de la moyenne. Apportons tout de même un peu de nuance : il jouait dans une attaque très statique, sans vrais shooteurs, et où il devait se créer lui même son tir.

Si on regarde de plus près les stats, il est plutôt bon dans le catch and shoot : 41/104 cette saison (39%), alors qu’il est moins bon en pull-up : 32/112 (28%). Autre chose rassurante, ses tirs grand ouvert rentrent plutôt bien cette saison : 31/78 (39%). Il faudra attendre de voir comment il sera utilisé par Spoelstra, mais si sa fréquence de pull-up est plus limitée, il pourrait profiter du playmaking de Butler, Herro ou Bam, notamment avec le spacing que peut offrir cette équipe.

Un peu de points en transition

Cette saison, sur transition, Oladipo score à 58% et génère 1,16 point par possession, le situant un peu au-dessus de la moyenne de la ligue. Son altruisme et sa qualité de passe lui permettent aussi de savoir lâcher le ballon pour avoir un bon tir ou lay-up. Le Heat étant dans la moyenne sur l’attaque en transition, l’addition de Oladipo sera la bienvenue dans ce domaine.

En conclusion, Oladipo apportera de la défense, de la pénétration, et du playmaking, tout ce dont le Heat a besoin pour le dernier virage de la saison régulière. Rendez-vous cette nuit pour le premier match de “Dipo”, face aux Warriors de Steph Curry !

Fan du Heat depuis leur premier titre. Adepte des pumpfakes, eurosteps et du mouvement #JustiseBetter.

1 Comment

1 Comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in Analyse