Connect with us

Analyse

Les options du Heat pour l’intersaison 2021 : Quels agents libres faut-il viser ?

Voici une analyse détaillée des différentes options du Heat en vue de la Free Agency 2021 !

Bien le bonjour ou bonsoir à tous, membres de la Heat Nation ! L’intersaison approche à grands pas, il est donc temps de poser nos yeux sur l’état du marché à venir, d’analyser les besoins de l’effectif et de faire une petite liste des joueurs qui, on l’espère, seront dans le viseur du Front Office à compter du 2 Août !
Vous êtes prêts ? On y va !

I : Le statut de l’effectif

Commençons tout d’abord par établir une liste des joueurs du Heat qui seront, ou potentiellement, libres d’ici maintenant quelques jours :

  • Goran Dragic ; Meneur de jeu ; 35 ans ; Option d’équipe à 19,4 millions de $

Il existe divers cas de figures concernant le dragon Slovène. Soit le Heat décide d’activer son option, ayant pour très probable signification un transfert du joueur, soit le Heat “lève” l’option et laisse le meneur vétéran tester le marché, dans l’optique de lui faire signer un petit contrat, suite au “balloon payment” qui vient de lui être offert. Dragic serait cependant susceptible de quitter le Heat et rejoindre une autre franchise.

  • Andre Iguodala ; Ailier / Ailier Fort ; 37 ans ; Option d’équipe à 15 millions de $

La situation de l’ailier vétéran et MVP des finales 2015 est sensiblement la même que celle de Dragic. Si le Heat active l’option, ce sera dans une optique de transfert, sinon, soit le joueur sera libre de partir ou il le souhaite, soit Miami tentera de le resigner à prix d’ami.

  • Victor Oladipo ; Arrière ; 29 ans ; Agent libre non-restreint (bird rights)

Le cas Oladipo peut se résumer ainsi : Le Heat peut tout à fait attendre de voir tout en ayant déposer une offre relativement faible (10 millions ? Moins ?), car jamais le joueur n’obtiendra un “gros” contrat suite à sa nouvelle blessure après seulement quatre matchs joués sous le maillot du Heat. Le joueur ne semble pas avoir envoyé de signaux contredisant son envie de continuer l’aventure en Floride, ce qui peut laisser présager des négociations à l’avantage du Front Office.
Quand bien même Oladipo partirait, les conséquences pour le Heat seraient pour ainsi dire quasi-nulles.

  • Trevor Ariza ; Ailier / Ailier Fort ; 36 ans ; Agent libre non-restreint (early bird rights)

Suite à son arrivée à la mi-saison, Trevor Ariza fut une relative satisfaction pour le Heat, tout du moins en saison régulière. Les choses se sont ensuite compliquées en Playoffs face à des Bucks clairement avantagés par la match-up. Ariza ne sera probablement pas une si grande priorité pour le Front Office, mais ne soyons pas surpris s’il venait à rempiler pour un salaire plus faible que les 12,5 millions de dollars qu’il gagnait jusque là.

  • Nemanja Bjelica ; Ailier Fort ; 33 ans ; Agent libre non-restreint (bird rights)

Lui aussi arrivé à la mi-saison, l’ex des Timberwolves (notamment) n’a jamais été en mesure de se faire une place dans l’effectif et a par conséquent très peu joué. Il est très peu probable que le Heat conserve Bjelica, même pour un contrat proche du minimum.

  • Udonis Haslem ; Pivot ; 41 ans ; Agent libre non-restreint (bird rights)

La légende, MONSIEUR Heat Culture. C’est toujours la même chose avec U.D : Une place dans l’effectif lui sera réservé s’il souhaite rempiler et continuer d’apporter son expérience au sein de l’effectif, et sa décision sera tranquillement attendue. Nous verrons s’il souhaite revenir en tant que joueur, ou se consacrer à un autre rôle au sein de la franchise.

  • Duncan Robinson ; Ailier ; 27 ans ; Agent libre restreint (bird rights)

Et voici celui qui risque fortement d’être la priorité du Heat sur cette intersaison. Les estimations vont jusqu’à des offres de 24 millions par an pour le sniper. Quand bien même Robinson ne recevrait pas de telles offres, son cas sera difficile à gérer. Faut-il à tout prix matcher les offres et conserver le joueur quoi qu’il en coûte ? Le transférer ? Un accord à un prix “raisonnable” peut-il être trouvé entre les deux parties pour que le Heat puisse conserver un des éléments centraux de son jeu offensif ?
Le cas Duncan Robinson sera quoiqu’il arrive très intéressant à suivre.

  • Kendrick Nunn ; Meneur de jeu ; 26 ans ; Agent libre restreint (bird rights)

Même cas de figure que Duncan Robinson pour Kendrick Nunn, à l’exception de l’aspect prioritaire du joueur. Il sera tout de même intéressant de voir si, et quelles équipes mettent une offre sur la table pour Nunn, qui sort d’une saison en de-ça de sa saison rookie. Le Heat prendra certainement son temps sur ce dossier, car bien des cas passeront avant le sien, au sein de l’effectif ou en dehors.

  • Dewayne Dedmon ; Pivot ; 32 ans ; Agent libre non-restreint (non-bird)

Peut-être la plus grosse satisfaction parmi les joueurs arrivés en cours de saison, l’ancien des Spurs a su combler le manque de doublure solide derrière Bam Adebayo, bien que son temps de jeu ait rarement dépassé les 15 minutes. Le Heat serait avisé de lui mettre une offre sur la table dès l’ouverture de la Free Agency, car Dedmon est le type de vétéran qui pourrait être courtisé par de nombreuses équipes. De plus, le Heat pourrait avoir de nouveau besoin de son énergie et son intelligence de jeu la saison prochaine.

  • Max Strus ; Ailier ; 25 ans ; Agent libre restreint (non-bird)

On en vient aux joueurs actuellement développés par le Heat, et on commence par le plus satisfaisant des deux. L’ami Max Strus a montré des choses intéressantes, que ce soit en tant que shooteur ou plus globalement dans son activité. Selon comment la situation autour de Duncan Robinson se déroule, il y aura toujours une option derrière pour s’assurer la présence d’un joueur sur les ailes, capable d’envoyer des flèches de loin. Un autre two-way contract en perspective ?

  • Gabe Vincent ; Meneur de jeu ; 25 ans ; Agent libre restreint (early bird rights)

Et pour finir, le cas Gabe Vincent. Lui aussi sera certainement mis de côté en attendant que les dossiers plus importants soient traités, et on peut douter de son retour au sein de l’effectif. S’il venait à revenir, ce serait certainement sous la forme d’un two-way contract, ou un contrat partiellement garanti. Après tout, avec le retour de la G-League, il y aurait une possibilité de continuer à développer Vincent sans pour autant lui garantir un spot dans le groupe pour toute la saison.

II : Les besoins à combler

Passons maintenant aux besoins majeurs auxquels Pat Riley, Andy Elisburg et consort devront subvenir lors de l’intersaison à venir.
On peut résumer les besoins du Heat en trois catégorie : Un “guard” plutôt gestionnaire, capable de poser le jeu, gérer le tempo du match ET capable de défendre sur le poste 1. Un “scoreur à trois niveaux”, un type de joueur qui a cruellement manqué au Heat cette saison, notamment à cause de l’inefficacité de Jimmy Butler derrière l’arc et de l’inaptitude qu’a pour le moment Bam Adebayo à être une véritable menace constante, ne serait-ce qu’à mi-distance. Et enfin, un intérieur complémentaire de ce même Bam Adebayo : Capable de s’imposer au rebond, et plus globalement d’apporter une présence, de l’impact dans le secteur intérieur. Si en bonus, cet intérieur peut espacer le terrain et ne pas être trop pénalisant défensivement, on parlerait ici du profil théorique parfait.
De manière réaliste, il est plus facilement imaginable qu’il faille obtenir deux joueurs pour cocher toutes les cases susnommées, que ce soit sur le poste de guard ou celui d’intérieur.

Ce ne sont ici, comme indiqué plus haut, que les besoins “majeurs” dont le Heat aurait besoin pour progresser, en partant du postulat que l’ossature actuelle de l’équipe ne bouge pas, ou très peu. Une chose qui est loin d’être garantie.

III : Les joueurs à cibler

Passons désormais si vous le voulez bien, à la partie que vous attendiez certainement tous. Il est désormais temps de se poser sur onze joueurs qui auront la possibilité de tester le marché dès le 2 Août prochain, et en qui le Heat aurait plus ou moins intérêt à se pencher sur leurs dossiers !
Petite précision cependant de rigueur avant de se plonger dans la liste : Nous ne traiterons pas ici les cas Kawhi Leonard ou encore Serge Ibaka (pour ne citer qu’eux), que nous n’estimons pas comme étant accessibles. Nous ne sommes bien sûrs pas à l’abri de surprises.

Kyle Lowry

Le meneur emblématique des Raptors est probablement la cible n°1 sur les tablettes du Heat. Après avoir tenté de récupérer le joueur lors de la trade deadline, Pat Riley et compagnie ont une nouvelle opportunité qui se présente à eux. Le profil est évidemment très séduisant, malgré l’âge avancé du joueur : Très bon gestionnaire, scoreur polyvalent, shooteur adroit et bon défenseur, Lowry est l’archétype quasi-rêvé du poste 1 pour permettre au Heat de se rapprocher à grandes enjambées du statut de contender à l’Est.
Reste évidemment à voir quel prix le joueur accepterait de signer, lui qui semble demander 30 millions de dollars sur 3 ans, bien que l’on spécule que cette demande ne soit faite uniquement pour lui permettre d’obtenir le réel montant visé. 25, 27 millions l’année pour le vétéran bagué en 2019 ?

Mike Conley

Une autre option qui s’offre au Heat s’appelle Mike Conley. L’actuel meneur du Jazz remplit les mêmes critères que Kyle Lowry. Vétéran, bon shooteur, top défenseur à son poste. La problématique concernant l’ancien pilier du Grit & Grind est cependant la suivante : Là ou Lowry arrive en une probable fin de cycle avec les Raptors, Conley a tout juste gratté la surface de son expérience au Jazz, après seulement deux saisons, sans avoir réussi à briser le plafond du verre à l’Ouest.
On peut donc se demander si Conley ne va pas plutôt continuer l’aventure à Utah, lui qui a enfin pu s’habituer à son nouvel environnement. Ou bien, va-t-il estimer que son temps à Salt Lake City n’a pas fonctionné, et qu’il vaut mieux aller ailleurs dans l’espoir d’enfin gagner quelque chose ?

Lonzo Ball

Venons-en désormais au premier des agents libres restreints de cette liste, l’ainé de la famille Ball. Tout comme les deux meneurs précédemment cités, Lonzo compile des aspects très attirants pour le Heat en tant que meneur gestionnaire à l’intelligence de jeu élevée et défenseur tout à fait capable. Son tir n’est pas exactement aussi fiable, mais il n’est pas incapable d’espacer le terrain non plus.
De part son statut et le premier transfert réalisé par les Pelicans il y a quelques jours, il sera intéressant de voir si David Griffin souhaitera conserver le jeune meneur, ou le laisser partir sans chercher à matcher une quelconque offre.

Tim Hardaway Jr

Passons maintenant au seul pur scoreur sur les postes de guard de cette liste, le fiston de Monsieur Tim Hardaway. THJ vient de réaliser ses meilleures saisons en carrière sous le maillot des Mavericks, et arrive dans cette Free Agency en tant qu’un des plus gros poissons sur le poste 2. Son profil convient plutôt bien à ce que recherche le Heat, que ce soit dans le 5 majeur ou en sortie de banc.
Après avoir été payé 17 millions l’année, on peut imaginer que le joueur devrait recevoir des offres dans les mêmes eaux. Faut-il mettre entre 15 et 20 millions, sur 2 ou 3 ans et ainsi faire perdurer l’héritage familial ?

Torrey Craig

Entamons la discussion sur le poste d’ailier, en commençant par celui qui a quitté les nouveaux champions en titre après 18 petits matchs joués. Désormais aux Suns, Craig a obtenu plus de confiance de la part de Monty Williams qu’il n’en a reçu de Mike Budenholzer. Son profil de 3&D serait une belle plus-value en sortie de banc pour le Heat, possiblement même pour un faible salaire. Voici une option à ne clairement pas sous-estimer, bien qu’il se pourrait que pas mal d’équipes se renseignent à son sujet, et que les Suns eux-mêmes cherchent à le conserver.

Otto Porter Jr

Second cas parmi les ailiers, voici Otto Porter Jr. L’ancien Wizard, désormais au Magic depuis la mi-saison après un passage aux Bulls, fait parti de ces joueurs qui pourraient rebondir à Miami. Son profil de joueur efficace au scoring (Une moyenne de 40% de loin en carrière !) et longiligne offrirait de belles possibilités à Erik Spoelstra des deux côtés du terrain, que ce soit sur le poste 3 ou 4. Autre point intéressant : Il est peu probable que le joueur obtienne un salaire proche des 26 millions par an qu’il gagnait auparavant, ce qui le rendrait bien plus accessible.

Rudy Gay

Passons désormais à un joueur apprécié depuis longtemps par le Heat, et réciproquement en Rudy Gay. L’ailier des Spurs et son profil de scoreur athlétique et bon shooteur peut tout à fait être une option envisageable pour Miami, et l’on sait de sources sûres que l’intérêt de la franchise envers le joueur est réel. Dans un rôle de poste 4 capable d’espacer le terrain aux côtés de Bam Adebayo, et de ce fait dans une optique plutôt offensive (non pas qu’on parle ici d’un mauvais défenseur, loin de là), Gay est donc un cas à fortement considérer cet été.

John Collins

Et voici le second agent libre restreint de cette liste, et un des plus gros noms qui y figurent. L’ailier fort des Hawks risque d’intéresser bien du monde cet été, et de la perspective du Heat, son fit avec Bam Adebayo semble quasi-parfait. Capable à la fois d’espacer le terrain et de jouer plus près du panier d’un côté, Collins possède également les atouts pour agir en second rideau d’un point de vue défensif.
La grande interrogation bien sûr repose bien sûr sur sa franchise des Hawks, qui vient d’atteindre les finales de conférence. Vont-ils s’aligner sur n’importe quelle offre pour s’assurer de continuer avec leur duo de jeunes stars ? Après l’exploit réalisé durant ces Playoffs, on ne va pas se mentir : Il est assez difficile d’imaginer un autre scénario.

JaMychal Green

On continue chez les postes 4, et cette fois-ci on va s’attarder sur le cas JaMychal Green. Le joueur des Nuggets a déjà choisi de ne pas activer sa Player Option à 7 millions de dollars, souhaitant ainsi tester le marché. Les Nuggets semblent vouloir le conserver et lui semble également vouloir rester. Cependant, dans l’optique ou il ne retournerait pas au Colorado, son profil d’intérieur besogneux et capable d’espacer le terrain en attaque conviendrait parfaitement au Heat en sortie de banc, voir même en titulaire sur d’assez courtes minutes. Encore une fois, Green ne sera peut-être pas atteignable pour le Heat, mais s’il devait l’être, il est indéniable que son profil va soulever l’intérêt du Front Office.

Daniel Theis

Venons-en désormais aux pivots, et commençons avec l’Allemand, transféré aux Bulls lors de la trade deadline. Daniel Theis fait parti de ces pivots au profil tout à fait complémentaire d’un Bam Adebayo : Besogneux, capable de protéger le cercle et possédant plus ou moins d’affinités avec le tir à trois points. Bien que l’on puisse imaginer que les Bulls souhaiteront le converser comme doublure de Nikola Vucevic, se pencher sur le dossier Theis ne serait pas une mauvaise idée. Peu cher et utile, voilà le genre d’affaire qui pourrait faire le bonheur de Pat Riley cet été.

Richaun Holmes

Et enfin, le dernier joueur de cette liste n’est autre que le pivot athlétique des Kings. Un pivot qui, en doublure de Bam Adebayo (ou à ses côtés dans l’optique ou Bam venait à plus espacer le terrain ?) apporterait quelque chose qui a beaucoup manqué au Heat : Un solide rebondeur, un intérieur protecteur de cercle qui apporterait une densité physique qui a souvent fait défaut au Heat. Très peu payé jusqu’à maintenant, il est peu probable que le joueur soit accessible pour les 4 millions auxquels il était payé jusque là. Il faudra donc mettre un bon prix pour réussir à s’attacher les services d’un joueur qui a beaucoup satisfait les Kings, voir peut-être même le surpayer.

Parmi ces onze joueurs, quels sont ceux que le Heat devrait privilégier ? Tout dépend de l’optique à prendre. Tout d’abord, le cas Kyle Lowry semble être une évidence tellement le Heat a besoin d’un meneur de haut niveau. Ensuite, selon le prix mis sur la table pour ce dernier, des joueurs comme Rudy Gay, Torrey Craig, JaMychal Green ou encore Daniel Theis sont de très bonnes options de complément sur lesquelles se positionner, peut-être même les meilleures dans une optique de dépenser “peu” mais d’obtenir de bons role players, et ainsi obtenir la profondeur nécessaire pour une équipe visant au minimum un retour en finales NBA.
Dans le cas ou Lowry échapperait à Pat Riley, l’option Lonzo Ball devient de suite très sérieuse. Le joueur correspond à la fois à l’envie de la franchise d’être en mode “win now”, tout comme son jeune âge permet aussi d’avoir une pièce intéressante pour le futur, lorsque Bam Adebayo deviendra officiellement l’étendard et Franchise Player du Heat. Son salaire, certainement plus faible que celui d’un Lowry, permettrait peut-être de s’adjuger les services d’un joueur comme Otto Porter sur les ailes, et ainsi ajouter un second joueur qui correspond aux deux timelines sur lesquelles le Heat mise, à court comme à moyen terme.

N’oubliez pas par ailleurs que nous avons, dans notre dernier podcast, discutés longuement de la Free Agency à venir. N’hésitez pas à l’écouter ou le réécouter pour avoir nos différents avis sur certaines des options mentionnées dans cet article, ainsi que bien d’autres cas de figure !

Et c’est ainsi que se conclut cet article détaillant les éventuelles options sur le marché à venir côté Heat ! Bien sûr, nous aurions pu inclure bien d’autres joueurs, mais ce papier aurait commencé à devenir bien long.
Et vous, quels joueurs aimeriez-vous voir notre bon parrain viser cet été sur le marché des agents libres ? Ajouteriez-vous des noms à la liste proposée ?

Fan de la meilleure franchise de NBA depuis 2014. Ma foi en Erik Spoelstra est inébranlable, et la votre devrait l’être également.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in Analyse